Home / Aviation / Tout sur le Gee Bee R1 et le Gee Bee R2 des frères Granville

Tout sur le Gee Bee R1 et le Gee Bee R2 des frères Granville

Gee Bee R-1
Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Le Gee Bee R-1, avion mythique.

Le Gee Bee Model R Super Sportster était un avion de course fabriqué par les frère Granville basé dans le Massachusetts sur l’aéroport de Springfield, aujourd’hui abandonné ( il y a maintenant des supermarchés ! ). Il y eu deux modèles, le Gee Bee R1 et le Gee Bee R2. Gee Bee est l’abréviation de Granville Brothers et leur compagnie s’appelait Granville Brothers Aircraft of Springfield.

Le Gee Bee R fait parti des avions les plus radicaux jamais conçu. Sa géométrie rondouillarde « un moteur et des ailes »  et gracieuse à la fois ne laisse personne insensible.

Conception et développement des Gee Bee R

Le R-1 de 1932 et son sister-ship, le R-2, sont les successeurs du précédent modèle : le Gee Bee Z qui fût vainqueur du Thompson Trophy l’année précédente.

Le Gee Bee R possède un design très particulier, fruit de trois jours d’essais en soufflerie à l’université de New York ( NYU / New York University ) avec le professeur d’ingénierie aéronautique Alexander Klemin,  l’ingénieur en chef adjoint Howell « Pete » Miller et Zantford « Granny » Granville.

Le dessin du fuselage : suite à ces essais en soufflerie, Zantford Granville a estimé qu’un fuselage en forme de goutte d’eau en particulier sur la vue de dessus, aurait une traînée plus faible qu’un fuselage de forme conique. Il en résulte un fuselage plus large que le diamètre du moteur. Le maitre bau du fuselage se situe au point de fixation de l’aile, dans la longueur de la corde d’aile. On remarquera que les mêmes études de ce choix de forme en goutte d’eau caractérise également la géométrie des carénages du train avant.

Le choix de la position du poste de pilotage est lui extrème : situé à l’arrière, juste à l’avant du stabilisateur vertical,  cette position permettait de donner une meilleure vision au pilote lors des courses au pylône. Il avait ainsi la vue dégagé des ailes sur les marques de parcours dans les virages.

Le R – 1 et R – 2 avaient une structure extrêmement solide, peut être suite à la rupture d’une aile de son prédécesseur le Gee Bee Z. Miller l’a conçu pour résister à 12G. Des matériaux sélectionnés ont également été utilisés. L’aile principale était recouverte de contreplaqué d’acajou et recouverte d’une «coquille sphérique» qui englobait le bois pour le renforcer davantage. Une sorte de structure composite avant l’heure qui permettait de bloquer un peu les peaux d’acajou en flambement.

Le corps du bouchon de carburant est intégré au fuselage et le pare-brise est en verre blindé feuilleté trois couches. La verrière est inamovible de ce fait. On pénètre dans l’avion par une porte latérale sur le flanc droit. Ces précautions vis à vis du bouchon et de la verrière vienne du fait que dans le crash du Gee Bee Z un doute existe : hormis un problème potentiel de surcharge de l’aile, une autre hypothèse serait que le bouchon d’essence se serait fait aspiré par la couche limite et aurait percuté la verrière ou un élément structurel de son successeur. En terme aérodynamique c’est également un détail qui va dans le bon sens.

 

Fiche technique et caractéristiques des Gee Bee R-1 & Gee Bee R-2

 

Géométrie générale des Gee Bee R1 & R2
Géométrie générale des Gee Bee R1 & R2.

 

Ingénieur en chef : Howell W. « Pete » Miller, Zantford Granville
Date du premier vol : 13 août 1932
Production / exploitation : de 1932 à 1933

Dimensions : 
Envergure : 7,62 m
Longueur : 5,38 m
Hauteur : 2,48 m
Surface alaire : 6,97 m2
Nombre de places : 1

Motorisation : 
Puissance : 800 ch ( R-1)
Motorisation : Moteur 1 × 9 cylindres en étoile Pratt & Whitney R-1340 Wasp

Masses : 
Masse à vide : 834 kg
Masse maximum : 1 095 kg

Performances : 
Vitesse de croisière : 418,4 km/h
Vitesse maximale (VNE) : 473,8 km/h
Vitesse de décrochage : 144 km/h
Distance franchissable : 1 488 km

 

Spécificités des Gee Bee R-1 & Gee Bee R-2

Gee Bee R

A : Les Gee Bee R-1 et R-2 ont été conçus avec une surface frontale minimale pour optimiser les performances au détriment de tout le reste, y compris la visibilité du pilote lors de la phase d’atterrissage.

B : Le R-1 était un Racer pour les courses au pylône, le R-2 avait plus de carburant pour les courses de distance ( cross-country races ). L’avion hybride avait un réservoir supplémentaire, ce qui a déplacé le centre de gravité trop loin à l’arrière.

C : La verrière des Gee Bee Racers était fixe et ne permettait pas la sortie du pilote. Ce dernier devait entrer et sortir de l’avion par une petite trappe sur le coté droit.

D : Le petit gouvernail sur les R-1 et R-2 était juste à peine assez de surface pour garder ces avions fougueux sous contrôle.

E : Le puissant moteur Wasp Engine de P & W installé dans les Gee Bee Racers crée un couple énorme qui menace de rendre l’avion hors de contrôle.

F : On croit que le phénomène de flottement d’aile ( wing flutter ) est au moins la raison d’un des accidents de Gee Bee. À très hautes vitesses, la structure aurait pu entrer en résonance et exploser. Une vidéo d’archive montre la rupture d’une aile après un piqué. Il peut s’agir soit du chargement qui augmente suite à la ressource, soit à ce phénomène de flottement puisque à ce moment là l’avion atteint une vitesse extrême.

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.Détail sur la fameuse verrière en verre trois couches, Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.

Versions et modifications des Gee Bee R

Le Gee Bee R-1 dans sa version Bobtail lors du premier vol.
Le Gee Bee R-1 dans sa version Bobtail lors du premier vol.

 

GEEBEE-1_bobtail1ier vol du Gee Bee R-1 version « Bobtail » 

Le premier vol du Gee Bee R-1 eu lieu le 13 août 1932 dans ce qu’on appelle la version « Bobtail ». Le style élégant et épuré doit être brisé pour rajouter de la surface au gouvernail qui s’avérait insuffisant pour briser le couple brutal du moteur. Sous les conseils de Russell Boardman qui effectua ce premier vol d’essai, les frères Granville augmentèrent de 2 pieds carré la surface du gouvernail.

GEEBEE-R1

GeeBee R-1 en course

Le Gee Bee R-1 a été construit pour la Thompson Trophy race de . Le R-1 était équipé d’un moteur «Wasp» Pratt & Whitney R 1340 d’un diamètre de 50 – 5/8 « (128,5 cm), sauf pour le moteur sauf que R-1 était de 160 gallons (606 litres) 1933-GEEBEE-R1C’est aussi un anneau de queue mobile. R-1 a remporté la course Thompson Trophy de 1932 avec les manoeuvres de Jimmy Du Little, il était 476 km / h (296 mph) au Shell Speed ​​Dash Le nouveau record du R-1 au Bendix Trophy s’est écrasé et est mort en 1933 sur la manœuvre de Russell Boardman.

Le R-1 a été conçu et construit autour du nouveau moteur suralimenté neuf cylindres R-1340 ci qui a produit 800 ch. Construit pour la course Thompson Trophy, un parcours de pylônes, il s’agirait d’un avion à courte portée conçu pour une vitesse maximale.

 

GEEBEE-R2Le Gee Bee R-2

R-2 a été construit pour la course de cross-country, la course de trophée Bendix. R-2 a été équipé de Pratt & Whitney R 985 avec le même diamètre que 45-3 / 4 « (116,2 cm) que le modèle Z. Le R-2 de ce fait avait  une forme plus profilée. Le réservoir de carburant du R-2 était de 302 gallons soit 1 143 litres lui permettant de parcourir les grandes distance de ces courses à travers le pays. La roue arrière était fixe.

Le résultat de R-2 à Bendix Trophy était classé quatrième dans Lee Gehlbach manoeuvrant entre Vancouver et Cleveland en 1932. En 1933 , Russel Thaw aucun record. Les résultats de R-2 à Thompson Tropy ont été classés cinquième en 1932 manœuvre Lee Gehlbach.

 

1933_GEEBEE-R12

Gee Bee R-1/R-2 : la version mixte rallongée

En 1933 nait la version R-1 / R-2. Sur une base plus tard R-1 a été réparé en utilisant les pièces cassées R-2, un « long coureur de queue » a été construit. Malheureusement, peu de temps après sa construction, cet avion s’est également écrasé, mais heureusement, Roy Miner (pilote) n’a pas été grièvement blessé. L’avion fût reconstruit et vendu à Cecil Allen. Malgré les contre indications des frères Granville, Cecil Allen installa un réservoir supplémentaire de carburant au centre ce qui eu pour effet de reculer fortement le centre de gravité. Une forte instabilité en résultat et Cecil Allen s’écrasa. Aucun Gee Bee R ne fût reconstruit après cela par les frères Granville.

Les vols qui ont fait rentrer les Gee Bee R dans la légende

Thompson Trophy 1932
Pilotée par Jimmy Doolittle, le Gee Bee R-1 remporta la Thompson Trophy race en 1932 qui eu lieu à Cleveland. Il effectua la course à une vitesse de 407 km/h ( 252 mi per hour ) empochant les $4,500 de prise money. Le record de vitesse sur cette course devra attendra quatre ans tellement les performances du Gee Bee R-1 était exceptionnel, les Wedell-Williams 44 n’arrivant pas à la cheville du Gee Bee. Michel Detroyat battra ce record avec son Caudron C.460 lors de l’édition de 1936 à Los Angeles avec une vitesse de 425 km/h ( 264 mi per hour ), empochant au passage les $ 9,500 de prize money.

Record du monde de vitesse pour un avion terrestre lors du Shell Speed Dash
Même si les hydravions prototypes régnaient en maître pour les records du monde de vitesse ( Coupe Schneider, Macchi M.C.72 à 709 km/h en 1933), le Gee Bee R fît sensation lors de la Shell Speed Dash en établissant un record mondial à 476 km/h (296 mi per hour) ce qui était remarquable pour un avion aussi rudimentaire.

Dans l’Union de Springfield du 6 septembre 1932, Jimmy Doolittle ventait les mérites de ce nouvelle avion : « She is the sweetest ship I’ve ever flown. She is perfect in every respect and the motor is just as good as it was a week ago. It never missed a beat and has lots of stuff in it yet. I think this proves that the Granville brothers up in Springfield build the very best speed ships in America today. »

Les Gee Bee R, une réputation d’avions dangereux

Comme son frère ainé le Gee Bee Z, le R-1 a vite acquis une réputation de machine très dangereuse. Certes, les petites ailes, ajouté à un moment d’inertie très faible, et de petites surfaces de contrôle en faisait un avion extrêmement sensible et presque impossible à rattraper lors d’une situation fâcheuse. Seul les meilleurs pilotes qui avaient une capacité à anticiper le comportement de l’avion pouvait le piloter.

En 1933, lors du Bendix Trophy, le pilote de course Russell Boardman fut tué, volant sur le Gee Bee Model R décoré du numéro 11.  Lors de son décollage à la suite d’un ravitaillement en carburant à Indianapolis, l’avion décrocha et s’écrasa. Boardman décéda le 1er juillet 1933, à la suite de ses blessures.

Le R-1 fut réparé plus tard et une extension de fuselage d’environ 18 pouces derrière l’assise du pilote créera la version hybride dites « Long Tail Racer ». Il a été décidé de ne pas reconstruire les ailes, mais d’utiliser les ailes d’origine du R-2, qui avait été retiré en février 1933, remplacé par une nouvelle aile à volets. Le R–1/R2 Long Tail Racer s’écrasa dans un incident d’atterrissage raté peu après sa construction, mais Roy Minor, le pilote, ne fût pas grièvement blessé. Après une nouvelle reconstruction, le Long Tail Racer fut vendu à Cecil Allen. Contre l’avis des frères Granvilles, Allen le modifia en installant de plus grands réservoirs d’essence à l’arrière de son centre de gravité normal, ce qui rendit l’avion instable en tangage. Allen a décolla avec un réservoir de carburant plein, s’écrasa et fût tué. Après ce dernier accident, l’avion n’a jamais été reconstruit.

Même si l’avion était radical et sous certaines forme dangereux, cette réputation était néanmoins sur-alimentée par les journalistes à sensation, cachant parfois le génie et le travail des frères Granville, de Howell W. « Pete » Miller et de ses metteurs au point.

 

 

Jimmy Doolittle et les Granville Gee Bee

"If we should have to fight, we should be prepared to do so from the neck up instead of from the neck down." Brig. Gen. James H. Doolittle, U.S. Army Air Corps. Il fût promu général en juin 1985 et mouru le 27 septembre 1993 à l'âge de 93 ans.
« If we should have to fight, we should be prepared to do so from the neck up instead of from the neck down. » Brig. Gen. James H. Doolittle, U.S. Army Air Corps. Il fût promu général en juin 1985 et mouru le 27 septembre 1993 à l’âge de 93 ans. Photo domaine public.

Jimmy Doolittle, est un des plus grands aviateurs militaires américains. Il a rejoint le service aérien de l’armée américaine pendant la Première Guerre mondiale. Bien qu’il ait été instructeur de vol et d’artillerie, il n’a jamais été au combat durant cette période.
En 1929, il a dirigé la recherche et la mise au point des instruments de navigations pour le vol aux instruments, c’est à dire sans visibilité extérieur. Au début de l’aviation, les pilotes étaient exposés aux risques du mauvais temps et du brouillard. Jimmy Doolittle devint le premier pilote à décoller, à manœuvrer sur 15 miles, et à atterrir en toute sécurité, ne comptant que sur les instruments de l’avion sans regarder à l’extérieur. Il aida à la mise au point de l’horizon artificiel et du gyroscope directionnel.
En 1931, Doolittle remporta la course aérienne transcontinentale Bendix Trophy en gagnant la course Burbank (Californie) / Cleveland (Ohio) dans un biplan Laird Super Solution avec un temps de 11 heures 16 minutes et une vitesse moyenne de 223 miles par heure.
En 1932, il établit le record de vitesse pour avion partant de la terre ferme avec 296 milles par heure dans le Shell Speed Dash, les hydravions ayant le record absolu à cette époque. Cette même année, il gagna à Cleveland le Thompson Trophy aux commandes du Gee Bee R-1 avec une vitesse moyenne de 252 milles par heure. Après avoir gagné les trois grands trophées de son époque, le Schneider, le Bendix et le Thompson, il se retira officiellement des courses aériennes, déclarant : « I have yet to hear anyone engaged in this work dying of old age »
Doolittle et Roscoe Turner ont été les seuls pilotes à remporter les trophées Bendix et Thompson.
Il est retourné au service actif pendant la Seconde Guerre mondiale, et en 1942, il a organisé ce qui serait sa plus célèbre réalisation. Le lieutenant-colonel Doolittle a établi un raid aérien apparemment impossible sur Tokyo, en utilisant des bombardiers moyens B-25 de l’USAAF lancés à partir d’un porte-avions de la marine américaine. Le 18 avril 1942, les 16 avions de la force de frappe de Doolittle ont décollé avec succès de l’USS Hornet. Alors que les dégâts physiques au Japon étaient négligeables, la mission a stimulé le moral américain.
Tous les équipages de Doolittle, sauf un, atteignirent la Chine en toute sécurité. Doolittle a reçu la médaille d’honneur. Promu général, il commanda les 12e et 15e forces de l’armées de l’air des États-Unis. En tant que lieutenant général, il commanda la 8ème escadrille de l’USAAF pendant les 18 derniers mois de la guerre.
On retrouve James H. Doolittle dans différents films ou documentaires inspirés de son histoire : Trente secondes sur Tokyo (1944), Pancho Barnes (1988),  Pearl Harbor (2001), Man, Moment, Machine (en), épisode Doolittle’s Daring Raid (2005).

Les répliques

Malheureusement aucun des Gee Bee Super Sportster Racer n’existe encore. Mais les plans ont permis de reconstituer jusque dans les moindres détails des répliques qui n’ont rien à envier au modèles d’origine.

 

Le Gee Bee R-1 du San Diego Air & Space Museum

Gee Bee R-1
Le magnifique Gee Bee R-1 du San Diego Air and Space Museum.

Il y a quelques années, le musée de l’air et de l’espace de San Diego entrepris une reconstitution à l’identique en utilisant les techniques de l’époque. Une équipe supervisée par d’ancien constructeur et mécanicien à permis un résultat remarquable.

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Le Gee Bee R1 au San Diego Air and Space Museum.

 

Gee Bee R-1
« Gee Bee Super Sportster ».

 

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Les formes arrières extrêmement belles du Gee Bee R1.

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
L’aile droite et sa décoration rouge et blanche « NR2100 ».

 

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Détail sur un aileron du Gee Bee R1.

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Le numéro de course « 11 » typique du Gee Bee R-1 avec les dés.

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Le gros capot moteur du Gee Bee R-1 qui le distingue du R-2.

 

Gee Bee R-1
Détail sur les trains d’atterrissage carénés englobant les accroches des tirants.

 

Gee Bee R1, San Diego Air and Space Museum.
Le magnifique travail de peinture du Gee Bee R-1 du San Diego Air and Space Museum.

 

Gee Bee R-1
Les carénage Karman du Gee Bee R-1.

 

Gee Bee R-1
Détail sur la roulette non fixe du Gee Bee R-1 ( fixe sur le Gee Bee R-2 ).

 

Gee Bee R-1
Détail sur la gouverne de profondeur et le carénage du trou.

Gee Bee R-1

Gee Bee R-1
Gee Bee R-1

 

Gee Bee R-1
Le train d’atterrissage.

Gee Bee R-1

Gee Bee R-1

 

Gee Bee R-1
Détail moteur.

 

Gee Bee R-1
Gee Bee R-1

 

Gee Bee R-1
Détail de l’aile droite.

 

Gee Bee R-1
Détail du moteur étoile.

 

Gee Bee R-1
Carénage goutte d’eau du train d’atterrissage.

 

Gee Bee R-1
La peinture exceptionnel du Gee Bee R-1 du Musée de l’Air et de l’Espace de San Diego.

 

Gee Bee R-1
Détail de la roulette arrière tournante, particulière au R-1.

 

Gee Bee R-1
Le Gee Bee R-1 au musée de San Diego.

 

Gee Bee R-1
Capot moteur abritant les 800 Cv.

 

Gee Bee R-1
Marquage arrière « Gee Bee Super Sportster » et « Manufactured By Granville BrosAircraft Inc, Springfield Airport, Springfield Mass ».

 

Gee Bee R-1
Détail sur le train d’atterrissage avec les carénages en goutte d’eau et les tirants d’ailes

 

Tube pitot, Gee Bee R-1
Tube pitot.

 

verriere avion, Gee Bee R-1
Détail sur la verrière.

 

Gee Bee R-1
Détail sur la dérive et le plan porteur arrière.

Le musée de l’air et de l’espace de San Diego consacrée à l’histoire de l’aviation et de l’exploration spatiale est situé dans le parc Balboa, à San Diego, Californie. Le début de la visite du musée démarre par une formidable collection de maquette et retrace l’histoire des modèles réduits en vol libre et radiocommandé !

Adresse : 2001 Pan American Plaza, San Diego, CA 92101, États-Unis
Téléphone : +1 619 234 8291
Site internet : http://sandiegoairandspace.org

 

Le Gee Bee R-1 du New England Air Museum

Le Gee Bee R-1 du New England Air Museum. Crédit CC wikipedia.
Le Gee Bee R-1 du New England Air Museum. Crédit CC wikipedia.

 

Le Gee Bee R-1 du New England Air Museum. Domaine public.
Le Gee Bee R-1 du New England Air Museum. Domaine public.

Le Gee Bee R-1 du Crawford Auto-Aviation Museum

Le Crawford Auto-Aviation Museum possède une réplique de Gee Bee R-1 qui n’est pas représentée actuellement, l’avion est en cours de ré-entoilage pour les futurs expositions. Demandez des renseignements au musée avant de faire le déplacement. La collection est très riche, on peut y voir un Curtiss Model E “Bumble Bee”  ( hydravion de 1910 ) ; un des premiers racer : le Howard DGA-3 “Pete” ; un autre racer contemporain du Gee Bee : le Wedell-Williams Model 44 ou encore un avion de 1937 également racer : le Chester Special NX 93-Y “The Goon”. Coté automobile, la collection est immense.

Site du musée : https://www.wrhs.org/research/crawford/
Adresse : 10825 East Blvd, Cleveland, OH 44106, États-Unis
Téléphone : +1 216-721-5722

Le Gee Bee R2 de Benjamin Delmar, musée Fantasy Flight

Gee Bee R2 de Benjamin Delmar en vol de démonstration lors du Reno National Championship Air Races. Remerciements à Dennis pour le partage de ses archives. Crédit : 1994 Dennis.D, site : flickr-ddindy.
Gee Bee R2 de Benjamin Delmar en vol de démonstration lors du Reno National Championship Air Races en 1994. Crédits et remerciements :  Dennis.D.

 

Le Gee Bee R2 de Benjamin Delmar. Crédit CC wikipedia.
Le Gee Bee R2 de Benjamin Delmar. Crédit CC wikipedia.

L’avion a été vendu en 2004 à Fantasy of Fly en Floride où il est encore visible.

Source : chaine youtube ScaleJetFred.
On peut apercevoir un modèle radiocommandé de Gee Bee à la séquence 11’24 » : « Le kit pour le modèle RC du GeeBee R-2 montré dans cette vidéo a été construit à partir d’un kit Fiber Classics et est toujours disponible auprès de CARF Models (…) ».  ScaleJetFred.



Crédit : chaine youtube jonimuc

Chaine youtube Hannes Lutzenberger

Pour l’anecdote, le propriétaire Kermit Weeks, le propriétaire de cette fameuse collection pratiquait l’aéromodélisme quand il était jeune :

« I used to fly R/C airplanes when I was a kid and now joke to people that I crashed so many of them, it got too expensive . . . so I got into collecting Warbirds! »

Découvir la liste des avions de la collection de Kermit Weeks

Découvir la liste des avions de la collection de Kermit Weeks

1913 Benoist XIV ; 1916 Brock Morane ; 1911 Curtiss Pusher Model D ; 1909 Herring-Curtiss Pusher ; 1911 Valkyrie ; 1917 Albatros D-Va ; 1917 Fokker DR-1 Triplane ; 1918 Fokker D-VIII ; 1918 Morane A-I ; 1915 Nieuport 17 ; 1918 Standard E-1 ; 1917 Standard J-1 ; 1918 Thomas Morse Scout ; 1938 AVRO Cadet ; 1934 Brown B-2 “Miss Los Angeles” ; 1937 Bücker Jungmeister ; 1934 Cierva C.30-A Autogiro ; 1929 Curtiss Robin ; 1931 Curtiss-Wright Junior ; 1932 DGA-5 “IKE” ; 1929 Ford 5AT Tri-Motor ; 1932 Gee Bee R-2 ; 1931 Gee Bee Y Sportster ; 1931 Gee Bee Z ; 1931 Laird Super Solution ; 1934 Pitcairn Autogiro PA-18 ; 1930 Sikorsky S-39 ; 1927 Spirit of St. Louis ; 1931 Stinson Tri-Motor ; 1941 Stinson Vultee L-1E ; 1929 Travel Air 4000 ; 1944 Bachem Natter Viper ; 1939 Bücker Bestmann ; 1936 Bücker Jungmann ; 1945 Chance-Vought F4U-4 Corsair ; 1944 Consolidated B-24J Liberator ; 1944 Curtiss TP-40N ; 1944 Fieseler V-1 Buzz Bomb ; 1937 Fieseler Fi-156 Storch ; 1937 Focke-Wulf Fw-44 Stieglitz ; 1938 Grumman F3F-2 ; 1943 Grumman Wildcat ; 1940 Martin B-26 Marauder ; 1945 Nord Stampe ; 1944 North American AT-6 ; 1943 North American B-25 J Mitchell ; 1944 North American P-51C Mustang ; 1945 Piper L-4 Grasshopper ; 1954 Polikarpov PO-2 ; 1944 Short Sunderland ; 1945 Supermarine Spitfire Mk 16 ; 1954 Bell 47G ; 1956 Hiller Hornet.

Apparemment ça l’a amené assez loin ! Voici sa collection, tout n’est pas visible, le site internet conseil d’appeler avant si vous souhaitez savoir la liste des avions visibles. Mais vu le lot il semble que il y ait toujours un truc à voir.

Site du musée : https://www.fantasyofflight.com/collection/
Site du air show et organisation évènementiel : https://www.fantasyofflight.com
Adresse : 1400 Broadway Blvd SE, Polk City, FL 33868, États-Unis
Téléphone : +1 863-984-3500

Les Gee Bee R en cours de construction

Gee Bee R1, constructeur : Harold Forth

Gee Bee R1, constructeur : Lee Oman
https://www.facebook.com/pages/biz/sequim/Lee-Oman-Airshows-313679831994377/

Gee Bee R2, constructeur : Mac Transtrum
https://www.facebook.com/mac.transtrum

Un site actif sur les constructions des Gee Bee en cours : http://www.antiqueairfield.com

À noter également, même si ce n’est pas un Gee Bee R,qu’il y a un Gee Bee Q.E.D, construit sous l’impulsion de Jim Moss qui vole actuellement.

 

Les modèles réduits radiocommandés existants de Gee Bee R

Gee Bee R1 de Great Planes EP TX-R

great plane_gee bee_6022_avion radiocommandé

Un très bel avion de transition en électrique pour son troisième avion.

Le mot du constructeur

« Le Gee Bee R-1, est un avion radiocommandé développé par la célèbre marque Great Planes. Cette marque étant très réputée dans le domaine de l’aviation modèle réduit, vous ne serez pas déçu par la qualité haut de gamme de se kit.

La conception du Gee Bee est très particulière. En effet, son fuselage très large lui sert d’aile et lui permet de se stabiliser en vol.
Les 4 Micro-servos ainsi que la motorisation brushless sont déjà installés.
Avec la réplique de cet avion de course célèbre, vous attirerez tous les regards. »

Spécifications 

Envergure : 980 mm (38.5 in)
Surface alaire : 15.5 dm² (241 in²)
Masse : 790-910 g  (1.75-2.0 lb)
Charge alaire : 51-58 g/dm² (16.7-19.1 oz/ft²)
Longueur : 685 mm (27 in)
Moteur : 35-20-1000kV brushless outrunner
Variateur : 35A ESC
Servos : 4 micros servos
Référence Great Plane : GPMA6022

Équipement requis 

Radiocommande 4 voies
Batterie : 11.1V 2200mAh LiPo

 

Gee Bee R1 thermique de Great Planes proche échelle 1/4

Vidéo du Gee Bee de Great Plane. Chaine youtube Greg Spiardi

Un excellent modèle de transition après un trainer aile basse thermique.

Caractéristiques : 

Référence Great Plane : GPMA1326
Envergure : 1725mm (68 in)
Surface alaire : 48 dm² (743 in²)
Masse : 5.11-5.56 kg  (11.25-12.25 lbs)
Charge alaire : 106-116 g/dm²  (34.9-38 oz/ft²)
Longueur : 1145 mm  (45 in )
Radiocommande suggérée : 4 voies avec 6 servos
Moteur suggéré : .91-1.08 cu deux temps ou 1.20 cu quatre temps

 

Le « UMX » Gee Bee R2 d’E-Flite BNF AS3X Technology

Malgré des vidéos très prometteuse ce Gee Bee est tellement petit qu’il n’est pas représentatif en terme de vol d’un Gee Bee. Le couple moteur n’est pas réaliste à cette taille là et la technologie AS3X gomme des choses ce qui est d’un coté dommage et d’un autre important pour ne pas que l’avion se fasse chahuter à 5 noeuds de vent. Néanmoins il a le mérite d’exister et il a une bonne tête.

UMX Gee Bee R2 BNF with AS3X Technology_1

UMX Gee Bee R2 BNF with AS3X Technology_2 EFLU4580_UMX Gee Bee R2 BNF with AS3X Technology_3

Caractéristiques techniques
Envergure : 510 mm
Masse : 102 g
Batterie : 2S 200mA
Moteur : 180-size 3000Kv brushless outrunner
Temps de vol : 4 min
Radiocommande : 4 voie minimum, le récepteur n’accepte que des radiocommandes Specktrum compatible DSM2® ou DSMX®

 

 

Le kit Gee Bee R-2 d’Alain Ronk / Ronk Aviation Résine –  échelle 1:3

 

 

Le kit résine Gee Bee R-2, 2m20 d'envergure d'Alain Ronk
Le kit résine Gee Bee R-2, 2m20 d’envergure d’Alain Ronk.

Composition du kit Gee Bee R-2 Ronk Aviation Résine

Le fuselage avec l’emplanture de l’aile, incluant les lignes de structure, le capot, les deux carénages de roue avec les carénages des jambes de train, les deux couvercles pour accéder aux roues, la trappe inférieure, et les karmans du stab.

– Envergure : 2,20 mètres
– Poids : environ 12 ~ 14 kilos
– Motorisation : 62 cc – 74 cc – 80 cc

La page pour commander le kit : https://ronk-aviation-resine.fr/68-gee-bee-r2-220-m
La boutique d’Alain Ronk : https://ronk-aviation-resine.fr/

Le kit Gee Bee R-2 de Carf Models échelle 1:3

Gee Bee radiocommandé de Carf Model.
Gee Bee radiocommandé de Carf Model.

 

Le kit Carf Models du Gee Bee radiocomandé.
Le kit Carf Models du Gee Bee R-2 radiocomandé.

Vidéo du kit Carf Models avec un EVO 7 Cyl. Radial 160cc, pilote : Hannes Lutzenberger. Chaine youtube RCScaleAirplanes.

Configuration du modèle de la vidéo :
Envergure : 2,4 m
Moteur : EVO 7 Cyl. Radial 160cc
Hélice : 28×14
Masse : 18 Kg

 

Gee Bee Carf Model avec un Moki 5 cylindre. Vidéo chaine youtube Klaus Enser.

 

Gee Bee R2 de National Balsa échelle 1:3

Kit balsa découpé laser :
https://www.nationalbalsa.com/Gee_Bee_R2_33_p/gbr233.htm

Gee Bee R2 de National Balsa échelle 1:4

 

Kit balsa découpé laser :
https://www.nationalbalsa.com/Gee_Bee_R2_p/gbr2s.htm

 

Version vol libre : Gee Bee R-2 #107 de chez Herr Balsa Wood Model Airplane

Une petite version de chez Herr Balsa Model.
Une petite version de chez Herr Balsa Model.

Le kit Gee Bee R-2 réf # 107 de Herr Balsa Wood Model Airplane et un kit de vol libre avec propulsion élastique caoutchouc d’une envergure de . Ce kit peut être modifier pour en faire un petit avion RC. Attention vu la taille ça fait un avion chaud à piloter en plus d’être un Gee Bee.

Contenu du kit :
– Balsa découpé lazer
– Plans de montage
– Instructions de construction étape par étape
– Tissu
– Hélice en plastique
– Roues
– Feuille de décalques
– Élastique

La conversion en radiocommandé de ce modèle vol libre
Les modèles de la série Herr 100 (les numéros de kits commencent avec HRR1) sont tous conçus à l’origine comme des avions à propulsion en caoutchouc pour le vol libre mais de par leur taille ils peuvent être converti en avions télécommandés. Voici le configuration recommandée :

– Moteur brushless 30-40 watts / 1200-1700kv avec un poids de moteur d’environ 16-25 grammes, c’est-à-dire par exemple un Himaxx HC2208-1260
– ESC 6-9A
– Batterie Lipo: 2-3S 500 mah
– Hélice: 7-8 pouces de diamètre

Les Gee Bee R-1 & R-2 statiques

La maquette statique du Gee Bee au 1:72 de chez Amodel

Maquette du Gee Bee R1 au 1/72ième de chez Amodel
Maquette du Gee Bee R1 au 1/72ième de chez Amodel.

 

Maquette du Gee Bee R2 au 1/72ième de chez Amodel
Maquette du Gee Bee R2 au 1/72ième de chez Amodel.

Maquette plastique Gee Bee R-1 Linberg échelle 1/32

maquette plastique Gee Bee
Maquette plastique « Gee-Bee Air Racer » échelle 1/32, Lindberg.

Maquette plastique Gee Bee R-1 Williams échelle 1/32

Box art maquette Gee Bee R1, échelle 1/32.
Box art maquette Gee Bee R1 « Racer », Williams, échelle 1/32.

 

Gee Bee Racer_maquette plastique_williams
Box art maquette Gee Bee R1 « R Racer », Williams, échelle 1/32.

Maquette plastique et motorisée Pyro Gee Bee échelle 1/32

Maquette Gee Bee Pyro
Box art maquette Gee Bee « Thompson Trophy Racer » motorized, échelle 1/32.

Maquette kit métal Aerobase Inc 1/48

Kit lazer créé par Shinichi Iwami. Aerobase a été foundé en 1996 fort de l’expérience des 9 ans passé chez Tamiya.

https://english.aerobase.jp
https://www.facebook.com/Aerobase-Inc-271044453316242/
https://www.instagram.com/aerobase_official/

Sources et suggestions de lectures :

Le roman Pylône de William Faulkner aux éditions Gallimard.
Pylône de William Faulkner, éditions Gallimard.

Pylône, de William Faulkner.
Sur une suggestion d’un lecteur  ( merci Mr Philippe.L ) ce roman plonge le lecteur dans l’ambiance, la précarité et les difficultés des pilotes de racer de l’époque. Je vous invite à lire les commentaires élogieux sur ce roman : « C’est un roman impressionnant de densité : on est pris dans un courant, dans le bruit de fond constant, la poussière, la saleté, la lumière et l’obscurité… Cela colle à la peau et aux oreilles. Les humains sont baladés par le destin, comme de la paille, ils en sont l’instrument à leurs dépens, à contresens de l’espoir. Vie et mort entremêlées et indissociables, sensations à fleur de roman. Je l’ai lu à m’en brûler les yeux. » Natachz/Amazon.

Le livre et d’autres commentaires disponible ici : Pylône de William Faulkner sur Amazon. Éditons Gallimard, ISBN 2070375315.

 

Musée de San Diego et site internet du musée :
http://sandiegoairandspace.org/collection/item/gee-bee-r-1
New England Air Museum :
https://www.neam.org
Crawford Auto-Aviation Museum :
https://www.wrhs.org/research/crawford/
Wikipedia.com :
https://en.wikipedia.org/wiki/Granville_Brothers_Aircraft
https://en.wikipedia.org/wiki/Gee_Bee_Model_R
http://www.fiddlersgreen.net/models/aircraft/GeeBee-Z.html
http://www.fiddlersgreen.net/models/aircraft/GeeBee-Racer.html
http://www.alumni.nyu.edu/s/1068/alumni/interior_3col.aspx?sid=1068&gid=1&pgid=10923
http://www.air-racing-history.com/aircraft/GeeBee%20Z.htm
http://www.solidmodel.net/Gee_Bee_Model_R
Gee Bee custom Patrick Baudin
http://aeroflyrod.e-monsite.com/album-photos/mes-avions/mes-amis/gee-bee-r2/
MRA n°114 Plan encarté GEE BEE
Benjamin, Delmar and Steve Wolf. Gee Bee. Osceola, Wisconsin: MBI Publishing Co., 1993. ISBN 0-87938-820-X.
Bowers, Pete M. The Gee Bee Racers, Number 51. Leatherhead, Surrey, UK: Profile Publications Ltd., 1965.
Granville, J.I. Farmers Take Flight. Springfield, Massachusetts: Copy Cat Print Shop, 2000. ISBN 0-9702493-1-4.
Haffke, Henry A. Gee Bee: The Real Story of the Granville Brothers and Their Marvelous Airplanes.Colorado Springs, Colorado: VIP Publishers, Inc., 1989. ISBN 0-934575-04-5.
Mendenhall, Charles A. and Tom Murphy. The Gee Bee Racers: A Legacy of Speed. North Branch, Minnesota: Specialty Press, 1994. ISBN 0-933424-05-1.
Schmid, S.H. and Truman C. Weaver. The Golden Age of Air Racing: Pre-1940, 2nd rev. edition (EAA Historical Series). Osceola, Wisconsin: MBI Publishing Co., 1991. ISBN 0-940000-00-8.
Those Incredible Gee Bees (VHS 60 min). Springfield, Massachusetts: Studio 16, 1992.

Pour aller plus loin & piloter des Gee Bee radiocommandés

Le pilotage des Gee Bee est extrèmement délicas. L’avion étant très court la plage de réglage du centre de gravité demande de la précision. Mes conseils et la progression classique pour piloter cet avion fantastique :

Cursus classique pour arriver à piloter un Gee Bee radiocommandé électrique mousse du type Great Plane vu plus haut :

1ier avion électrique : un trainer mousse plutôt typé avion
2nd avion électrique : un aile basse un peu tolérant de par sa construction
3ième avion électrique : un Gee Bee Racer mousse ou un avion intermédiaire type rapide type FunRacer

Cursus classique pour arriver à piloter un Gee Bee radiocommandé thermique type maquette :

Cursus électrique vu précédemment : le Gee Bee Racer en mousse vous permettant de mieux comprendre les phénomènes que la géométrie peu réserver en vol

+

Cursus thermique 1ier avion : un trainer thermique pour s’habituer aux problématiques moteur essence
Cursus thermique 2nd avion : un trainer aile basse voltige pour être à l’aise en thermique
Cursus thermique 3ième avion : un avion maquette type warbird ( ex Spitfire ou Corsaire ) d’une envergure comprise entre 1m50 et 2m20 que l’on maitrisera parfaitement
Cursus thermique 4ième avion : un Gee Bee thermique échelle 1/4 ou 1/3 suivant sa prise de confiance et son budget.

 

Nous avons un spécialiste des racer radiocommandé en France en la personne d’Alain Ronk. Profitons en ! Alain Ronk saura vous conseiller pour vous amener vers cette discipline qu’il connait sur le bout des doigts du FunRacer de Multiplex aux différents modèles de Gee Bee. Il édite par ailleurs un kit résine pour le Gee Bee R-2.

alain_ronk_aviation_gee-bee-kit-rc

 

 

Envie de s’initier à l’aéromodélisme ou de progresser pour piloter un gros racer qui claque sa mémère comme le Gee Bee ? Lisez le livre que je vous offre : « les 7 secrets pour débuter et bien progresser en aéromodélisme que vous pouvez télécharger ici . Je vous propose une méthode qui va plus loin que le simple maniement des manettes : aborder le pilotage au sens large.

Miniguide pour apprendre à piloter en aéromodélisme

2 comments

  1. Salut,

    Je le trouve très moche cet avion.
    Il ressemble à un tonneau.
    Le Caudron C460 qui a battu nos amis américains en 1936 était beaucoup plus élégant …
    800ch pour 407km/h (GB R1);
    300ch pour 425km/h (Caudron).

  2. Il serait plus logique de le comparer avec son contemporain de 1932/1933 le Caudron C.362 qui plafonnait en vitesse max à 350 km/h là où la vitesse max du Gee Bee R1 était de 473 km/h non ? De plus les vitesses sur circuit de la Thompson Race ne sont pas comparable, en 1936 c’était à Los Angeles et il est fort à parier que ce n’était pas le même circuit que celui de 1932 de Cleveland. Très moche vous y allez un peu fort : )
    Aller une petite photo du Caudron C.362 …
    Qui d’autre le trouve moche le Gee Bee ?

    Caudron C.362

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.