Home / Histoire / À la source des inventions : histoire d’un magasin mythique

À la source des inventions : histoire d’un magasin mythique

À la source des inventions, le magasin mythique de modélisme et d'aéromodélisme à Paris.

À la source des inventions : LE magasin d’aéromodélisme de plusieurs générations

cropped-aéromodélisme.png

Préambule : si vous aussi vous avez connu la Source des Inventions, si vous avez des souvenirs, des anecdotes ou des propositions de documents et photos d’époques n’hésitez pas à les partager dans les commentaires ci dessous. :)

cropped-aéromodélisme.png

Cette page est dédiée à mon grand père Jean.

Ouvert en 1904 ou 1906 selon les sources, ce magasin a éveillé pendant quasi un siècle des centaines de passion pour le modélisme ( des milliers serait peu être plus juste ).

A la source des inventions_publicité

Publicité issue d’un magasine de modélisme de l’époque.

« À la source des inventions » était un magasin multi-disciplines. Tout y passait : maquette statiques, trains, aéromodélisme. Le naval avait une belle part de gâteau. Qui se souvient des fameux kit New Maquette avec la boite mythique du France au 1/200, le Surcouf ou encore le Sphinx ? « . C’était également un magasin de jouet précurseur dans certaines marques.

 

« À la source des inventions », lorsque l’on venait de province ressemblait plus à un pélerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle qu’autre chose. J’ai eu la chance d’y aller très jeune avec mon grand père et je ne vous explique même pas l’excitation !  Je me rappelle du décompte des jours avant le jour J… Je crois que le meilleur des doublés fût un salon du modélisme à Paris avec le lendemain un tour à « À la Source des Inventions » pour acheter un tube de colle … Mon grand père ne manquait pas d’imagination pour trouver des excuses pour m’amener dans cette caverne d’alibaba lorsque j’étais en vacance chez eux.

Yankee TT Europa 1/8
Yankee, marque française ayant gagné les 1ier championnats du monde TT thermique.

La Calypso géante dans la vitrine, les avions accrochés au plafond, les boites de voitures radiocommandés, les catalogues Yankee et Graupner qui servaient de livre de chevet des jours durant, les diorama de trains pour démonstration, les rayons à n’en plus finir de maquettes statiques … heureusement qu’elles étaient là celles là pour ne pas que la soupape explose devant tant de modèles exceptionnelles : on repartait avec une petite boite à monter en se disant « quand je serais grand je reviendra »…

À l’origine un inventeur

Le nom vient du fait que Mr Michel première génération était un inventeur, participant au concours Lépine et ayant déposé pas mal de brevet. Dans le lot ont pouvait trouver au catalogue entre autre un moteur thermique de 3cc qu’il avait inventé et déposé.

Le catalogue de « À la source des inventions » : « La documentation du modéliste »

Le catalogue appelé « la documentation du modéliste » était une des clefs du succès de ce magasin. Très tôt édité, il comportait certaines années plus de 150 pages. Le catalogue était diffusé en France et même à l’étranger !

"À la source des inventions" : catalogues 1974/1975, 1975/1976, 1977/1978 - La documentation du modéliste.
« À la source des inventions » : catalogues 1974/1975, 1975/1976, 1977/1978 – La documentation du modéliste.

Le témoignage de la fille de Mr Michel

Grâce au blog d’un aéromodéliste passionné « RC de Hal » et ses aventure de son Dewoitine 520 (1) de jeunesse acheté à la source des inventions,  la fille de Mr Michel a pu laisser un témoignage (2) que je cite. Je tiens à remercier au passage l’initiative il y a quelques années de ce blogueur, je vous mets le lien vers son site qui raconte ses aventures et mésaventures en toutes simplicité avec parfois beaucoup d’humour : blog modélisme rc de hal – page sommaire. Merci à lui et à Mme Roselyn Michel pour ce long témoignage.

Témoignage de Roselyn Michel, fille de Pierre Michel

catalogue 1955_a la source des inventions_Paris_ancien magasin modélisme_aéromodélisme
Recto-verso du catalogue de 1955, « À la source des inventions ».

La source des inventions

« Donc le magasin ouvre ses portes en 1904 avec mon arrière grand père Michel. Lui est inventeur et brevette 54 concours Lépine… d’où le nom de « À la source des inventions »… Beaucoup de grands noms de l’aviation passent au magasin pour parler bout de gras, et tester sur des maquettes les futures machines volantes et autres avions …

Quand j’étais gosse j’avais vu passer ces photos des grands noms de l’histoire de l’aviation et ces photos avec notamment mon père en culotte courte sur les genoux de ces grands personnages…

Quand j’étais ado on rencontrait encore des ingénieurs à la retraite, pour lesquels on avançait une voiture avec chauffeur pour aller voir les nouveaux modèles d’avions…
En un coup d’œil ils étaient capable de vous dire les failles, les faiblesses et les défauts de n’importe quel type d’avions… Des sacrés bonhommes avec une passion chevillée au corps et des destins où vous pouviez écouter pendant des heures leurs aventures….

 

Catalogue maquette " À la source des inventions"
Catalogue maquette  » À la source des inventions »

Puis mon grand’père prend le relais et décède aux alentour de la guerre dans des circonstances étranges alors que mon père est encore jeune… Du coup c’est Germaine, ma grand mère qui prend la tête du magasin, avec une main de fer… Quand mon père est assez âgé elle l’engage pour faire ses armes et monter tous les échelons…
C’est dans les années 70 que mon père Pierre Michel prend sa place de gérant… Puisque le magasin devient une SARL, et déménage au 60 bd de Strasbourg…

C’est tout un petit monde d’employés qui fourmillent… Il y a eu jusque 16 vendeurs spécialisés dans les rayons, un comptable, une secrétaire, un préposé aux expéditions…
Le magasin, ce sont des maquettes et du modélisme, mais aussi un précurseur dans le monde du jouet et du divertissement… Mon père était fier de raconter qu’il avait eut les première Barbies en France dans les années 60, qu’il avait eut aussi des boites de Donjon et Dragon les jeux de rôle, des consoles de jeux vidéos (donc la CBS que j’ai pu tester), les modes diverses du jeu et jouet en France…

La locomotive Hornby 41-E dans le catalogue de La Source des Inventions.
La locomotive Hornby 41-E dans le catalogue de La Source des Inventions. On distingue les découpages aux ciseaux pour les titres et légendes du montage du catalogue « à l’ancienne ».

 » A la source des invention » c’était un catalogue envoyé dans le monde entier… Quand j’étais gosse je me souvient demander où partaient les colis recouverts de papier kraft soigneusement emballés…
Je revois encore mon père travailler sur ces catalogues, pendant les vacances d’été… Avec sa colle, ses ciseaux, identifier rajouter ou retirer des références. C’est maintenant que je comprends la portée du catalogue et j’aurais jamais imaginé qu’il perdure dans le temps et fasse rêver autant encore…

Marklin catalogue ancienMais c’était aussi un magasin… Sur deux étages… Dans ma mémoire les rayons on gardés toujours à peu près la même place… En entrant à droite, les machine à vapeur, les petits trains (Jouef, Marklin) et devant les nouveautés, les miniatures et les voitures, et séries télévisée du moment.. Puis en longeant ce mur droit : le rayon du modélisme à moteur, « les belles boites » comme on les appelaient…  Les maquettes de vieux gréements en bois, les voitures, hélicoptères, avions, planeurs, avions radiocommandés… Il y avait aussi l’accès à la cave voutée… Dans ma mémoire elle était énorme, avec toutes ces boites qui auraient fait rêver tous les amateurs de maquettes… (Graupner, Revell, Heller, Tamiya, Italieri…)
Au bout de la cave, le saint des saint, l’atelier qui sent l’essence et où on réparait essayait, moteurs, télécommandes, rouages, commandes et dérives…

A la source des inventions, la documentation du modéliste
« La documentation du modéliste », édition 1978/1979.

Au fond du magasin vous aviez derrière la porte en verre, le bureau de mon père avec le rayon de balsa, un présentoir avec les bruits de moteurs et sirènes… Les plans à l’échelle aussi… (la plupart issus du musée de la marine…).

Puis à gauche le comptoir principal, avec des centaines de tiroirs renfermant les accastillages… On en a passé du temps (même moi et mes sœurs) à compter hublots, barres du France, Normandie, de goélettes et autres clippers pour les mettre dans des petits sachets avec la jaquette au nom du magasin…

En remontant vous aviez la caisse, avec le comptoir pour emballer vos achats, à l’ancienne, avec la ficelle et le scotch…

En face de la caisse c’est là que vous trouviez le rayon avec des cerfs volants, ou les figurines de plombs, mais surtout la peinture et les pinceaux…

L’étage, c’était le « rayons des plastiques » comme on l’appelait ! Toutes les maquettes en plastiques… Toutes empilées avec art pour arriver à tout montrer…
En haut se trouvaient aussi les bureaux et le rayon des expéditions… je me rappelle encore de l’odeur de ces vieux bureaux comme quelque part figés dans le temps… Encore dans les années 80 on entendait la machine à écrire taper sans relâche… et la petite radio chanter les tubes de l’époque…

La Caravelle de Graupner.
La Caravelle de Graupner.

Le point d’orgue de l’année c’était le salon du jouet à la porte de Versailles… Plus qu’un événement, c’était le moment attendu… Un énorme stand où il fallait déménager une bonne partie du magasin pour faire un beau stand bien fourni… Tout le temps du salon… C’est la qu’on repérait aussi les nouveauté, qu’on discutait avec les représentants qui étaient devenus des amis de la famille…

Maquette du yacht le "Sphinx"
Maquette du yacht le « Sphinx » de New Maquettes.

C’était aussi les salons de la maquette et du modélisme… des week ends ou des dimanches, où moi et mes sœurs nous restions derrière le stand avec nos parents… Vendre le catalogue et continuer à faire connaitre le magasin… J’étais émerveillée par l’ingéniosité et l’imagination des modélistes… Faire voler un fer à repasser, ou bien créer un overcraft de toute pièce, faire couler un bateau juste pour une reconstitution de bataille… Faut dire qu’on a eut les privilèges aussi de tester des commandes et de faire rouler, ou voler des trucs :)

C’était aussi des demandes particulières et de l’innovation… Il y  avait des techniciens de sons et lumière qui venaient s’approvisionner notamment en télécommandes et servomoteurs pour manier des spots de concerts et notamment ceux de Johnny Hallyday…

Un des derniers moments de grâce c’est la visite du commandant Cousteau, qui n’en revenait pas d’un petit avion propulsé avec un moteur à air…

Calypso_maquette radiocommandé_rc
La Calypso du commandant Cousteau, kit de Billing Boats, qui faisait rêver les passants après les avoir fait rêver au Salon du Modélisme.

L’arrivée du modélisme de masse fait par les chinois vendu dans les supermarchés, une baisse de l’intérêt du modélisme, une récession et des événements ont amené mon père a déposer la clé sous la porte et le magasin s’est fermé définitivement après Noël 1993…

Beaucoup de gens connaissent la source des inventions et mon père était fier d’entendre parler de la notoriété du magasin… Il s’est éteint  y a 5 ans…
Mon père ce n’était pas qu’un modéliste, c’était un bidouilleur… Il m’a montré à me servir d’un fer a souder, et s’amusait à bricoler des tas de trucs… Je crois que ça fait parti de la famille de s’intéresser à la technique et ça j’ai attrapé le gène… »

À la source des inventions, le magasin mythique de modélisme et d'aéromodélisme à Paris.
À la source des inventions, le magasin mythique de modélisme et d’aéromodélisme à Paris.

Quelques modèles phares que l’on pouvait trouver en vitrine :

Heller – Le Coléoptère 

Heller_Coléoptère_SNECMA_boite_vintage_rare_collector
Le Coléoptère. © Collection Heller / aero-modelisme.com.

Commercialisé en 1959, cette maquette de Heller a un des plus beau box-art que l’on puisse trouver. On distingue la grande affiche en haut à gauche au niveau du deuxième étage de la Source des Inventions.

On retrouve l’ambiance des essais de SNECMA sur ce drôle d’engin. Ce prototype était dans le cadre des recherches de l’époque pour des avions à réaction à décollage vertical.

Cela faisait rêver et faisait l’actualité de l’époque. Lors du neuvième vol malheureusement le Coléoptère SNECMA C450 se crasha et le pilote s’en tira de justesse en s’éjectant à 20m du sol.

Cette maquette est très appréciée des collectionneurs, Heller n’en ayant vendu que sur une courte période.

 

 

 

 

Heller – Fusée Véronique

Boite Heller de 1959 de la fusée Véronique
Boite Heller de 1959 de la fusée Véronique. © Collection Heller / aero-modelisme.com.

La fusée Véronique, qui vient de « VERnon électrONIQUE » est née d’un projet de fusée-sonde développé à partir de 1948 à Vernon, dans l’Eure. Premier lanceur développé par la France, Véronique lui permet d’être le troisième pays au monde à posséder cette technologie. La fusée Véronique est la première fusée à décoller et ainsi inaugurer le centre spatial guyanais de Kourou, le 9 avril 1968. En 1963, le chat Félicette fût le premier chat à faire un vol habité. (3) Source Wikipedia.

Heller en 1959 sortie cette maquette au 1/30ième ressemblant beaucoup à un V2 allemand. Avec « La Caravelle », la fusée « Parca », le « Nordatlas » au 1/50, ou encore le « Fouga Magister », la fusée Véronique était une des premières maquettes de la marque française.

Devenue très rare de nos jours la légende dit que de nombreux exemplaires invendus ont été tout simplement jetés ou détuits dans les années 60 . (4) Source heller passion.

Cette fusée faisait la une de l’actualité française. Seul trois pays à l’époque étaient doté de cette technologie et faisaient ce genre de recherche. La boite a également un box-art magnifique que l’on retrouve en haut à droite de la vitrine de la Source des Inventions.

 

Heller – Le Sphinx

Le Sphinx de Heller
Le Sphinx de Heller. © Collection Heller / aero-modelisme.com.

 

Heller_Sphinx_maquette_bateau vapeur
Maquette du vapeur à aube Sphinx monté dans les ateliers Heller pour les magasins de modélisme. © Collection Heller / aero-modelisme.com.

Dans les années 60, Heller produisait de magnifique boite recouverte de vernis. Présentoires, enseignes lumineuses, affiches comme celles visibles dans la vitrine de « À la source des inventions » permettaient de faire la promotion de ces maquettes plastiques. Dans le panel d’outils promotionnels, Heller tenait également à la disposition des magasins des maquettes produites dans les ateliers de la marque française. Ci-contre un « Sphinx » de Heller qui vient de ces fameux ateliers, monté sur la typique feutrine rouge. Dilant et boite de peinture de la même époque.

 

 

New Maquettes – Le paquebot France

new_maquettes_france
Photo du visuel de la boite du paquebot France de New Maquettes

 

Le paquebot France dans le catalogue de La documentation du Modéliste. Notez le réducteur moteur, production de La Source des Inventions.
Le paquebot France dans le catalogue de « La documentation du Modéliste ». Notez le réducteur moteur, production de La Source des Inventions.

 

Cette maquette a apparement vallu des heures de rangement pour l’inventaire de l’accastillage à Roselyne Michelle ! Échelle 1/200 du célèbre paquebot, 1m58 de plaisir … quand on arrivait au bout du montage ! Les plus raisonnables se tournaient vers la reproduction en plastique de Brifaut au 1/450ième.

New Maquettes – La vedette de surveillance

Ce kit de New Maquette était et reste un classique pour qui veut commencer la construction d’un petit bateau radiocommandé en bois.

new maquette_cap maquette_vds

Certainement un des kit bateau les plus vendu de la Source des Inventions.

Vedette de surveilance cotière, New Maquette.
Vedette de surveilance cotière, New Maquette.

Heller – La vedette de surveillance P 753

Pour faire « comme papa » ( ou comme papi eheh ! ) il y avait également cette fameuse vedette de surveillance côtière chez Heller. Comme ça, chacun le sien ! Un beau petit bateau, facile à monter pour se plonger dans les années 60.

Vedette Heller P 753
Maquette Heller, vedette de surveillance côtière P 753 de la marine nationale.

New Maquette – L’escorteur d’escadre  » Surcouf « 

Une maquette également magnifique qui était dans les classiques de l’époque : l’escorteur d’escadre « Surcouf ». Cette maquette est grandement responsable de la passion pour le modélisme de l’auteur de ces lignes. En effet, lors de vacances chez les grands parents je pouvais admirer cette coque en haut d’une étagère que j’avais le droit de toucher avec les yeux. La construction avait été entamé pour faire son sister ship : le Maillet Brézé que l’on peut visiter encore de nos jours à Nantes. Un beau navire au 1/100ième.

L'escorteur d'escadre "Surcouf" de New Maquette
L’escorteur d’escadre « Surcouf » de New Maquette.

 

Airmer – Le « Super As » 

Voici un kit balsa d’un avion vol libre du fabricant français Airmer

avion_airmer_maquette_ancienne

Sources autres que les documents personnels :

1 – http://le-blog-modelisme-rc-de-hal.over-blog.com/article-pourquoi-tant-de-personnes-font-elles-une-recherche-sur-la-source-des-inventions-dans-google-80875087.html

2 – http://le-blog-modelisme-rc-de-hal.over-blog.com/article-je-vais-vous-parler-d-un-temps-que-les-moins-de-vingt-ans-44868069.html

3 – https://fr.wikipedia.org/wiki/Véronique_(fusée)

4 – http://hellerpassionmaquettes.blogspot.fr/2006_09_16_archive.html

Et vous avez vous connu la Source des Inventions ?

Fini de réver et envie de décoller et de vous perfectionnez vous aussi ?  Lisez le livre que je vous offre : « les 7 secrets pour débuter et bien progresser en aéromodélisme que vous pouvez télécharger ici .

Miniguide pour apprendre à piloter en aéromodélisme

Check Also

Jouef

Les échelles en modélisme ferroviaires

Vous êtes nombreux à pratiquer le modélisme ferroviaire en parallèle de l’aéromodélisme et également nombre …

17 comments

  1. Bonjour
    Mon, Dieu, mon Dieu ! Que de souvenirs, que de rêves….
    C’était il y a bien longtemps…mais je n’ai pas oublié et j’ai toujours le catalogue
    Ma dernière acquisition de l’époque, un moteur Super Tigre 6,5 cc
    Marc

  2. Durant les années 60, encore enfant, aller à la source des inventions représentait ma promenade de jeune adolescent du jeudi ou samedi après-midi; venant de la banlieue je me revois arriver gare de l’est par les dernières machines à vapeur, et descendre le boulevard de Strasbourg pour venir rêver devant la vitrine avant d’entrer dans le magasin. Beaucoup de Heller à l’époque et mes premières « New maquettes » la vedette de surveillance côtière, l’escorteur « le corse »…puis plus tard, une fois adulte, le France…commandé par colis postal et toujours chez moi en décoration. Merci à Marc pour son témoignage personnel familial qui nous fait revivre une passion commune. Richard.

    • Merci pour ce beau témoignage, je n’ai pas connu les machines à vapeur à Paris mais ça devait être quelques chose … ! J’ai chiné il y a quelques années de cela une vedette de surveillance de New Maquette qui attend un refit pour naviguer (mais elle est très belle déjà comme cela avec la peinture qui craquelle ). Et sinon nous avons une maquette familiale qui a suivit tous les déménagement qui est le Surcouf de New Maquette qui m’a beaucoup fasciné enfant. Un membre de la famille avait entamé la construction ( la coque et les superstructures sont finis ) après avoir fait son service militaire sur son sister-ship le Maillet Brézé.
      Pour ce qui est du France … chapeau ! C’est de loin pour moi un des plus beau kit que l’on puisse faire. Peu de personne arrivent au bout.

      • Merci Loïc, effectivement Le France est une maquette laborieuse à réaliser, j’ai éprouvé beaucoup de difficultés à la réalisation des cheminées en plusieurs parties et en plastique! le ponçage de la colle et du mastic sans abîmer les structures fragiles…la galère, mais quel résultat final! les passagers en plastique échelle N, sa ligne superbe…loin de celles des immeubles flottants d’aujourd’hui. Et puis il reste le symbole des 30 glorieuses et mon dernier souvenir de ce magasin « à la Source des Inventions » dont le nom seul fait rêver par sa magie.

        • J’ai profité de replonger dans ce post pour rajouter quelques photos, notamment de la vedette de surveillance côtière de New Maquette. Ci dessous une photo officielle de la marine nationale pour le plaisir, qui je pense a servit pour le box art de Heller comme cela se faisait souvent ( cas également vérifié pour le sous marin Surcouf ).
          Vedette de surveillance côtière de la marine nationale
          Les personnages sont un vrai plus je trouve pour les navires ( je pense à votre France ). Même si les puristes souvent critiquent l’usage du 1/160, je trouve que mieux vaut cela que rien du tout.

        • J’ai également chiné il y a longtemps une vedette au 1/20ième d’une vedette lance torpille dont les plans étaient disponible ( plans Mecanaval ? ) à la source des inventions dans les années 50. Un kit également était distribué par STAB. J’ai très très peu d’infos là dessus. Je suis preneur si des internautes ont cela.
          C’est une vedette construite aux chantiers de la Loire ainsi qu’aux chantiers  » Jouët  » situés à Meulan. Elle est connu aussi sous le nom de « Vedette Lance-Torpilles n° 27 ».
          Le modèle au réel :
          Longueur : 20 mètres
          Largeur : 4.5 mètres
          Puissances : 2300 Chx
          Vitesse : 45 Noeuds
          Equipage : 5 Hommes
          Armement : 2 Torpilles; 1 Mitrailleuse Anti aérien 2 tubes, 1 Canon anti aérien 37mm

          La maquette :
          Longueur : 1 mètre environ
          Largeur : 0.25 mètre
          Hauteur : 0.40 mètre environ

          L’accastillage en cuivre est très sympa. N’ayant pas connu STAB j’ai très peu d’infos.

          Catalogue de La Maison R. Stab - Rue Des Petits Champs, Paris

        • En recherchant un peu sur l’histoire de la P753 ( la vedette de surveillance côtière Heller ) j’ai retrouvé sa trace !
          Elle est dans le canal à Arles dans la partie le long de la rue Jean Charcot.
          Coordonnées exact : 43°39’56.25″N 4°37’40.12″E

          La vedette de surveillance cotière P753 de la marine nationale coulée dans le canal à Arles

  3. juste aprés la guerre en 1945 j’avais 15 ans mon pere m’avait acheté tout le materiel et le moteur( un 5 cc)pour construire un appareil pour le vol circulaire, la chauve-souris  » bat « etait le titre qui figurait sur la revue de la source des inventions d’ou j’avais pris les plans c’est avec ça que j’ai appris à piloter l’avion moi au centre du cercle que decrivait mon avion au bout des cables que je tenais grace à une poignée. et apres cela j’ai fait pleins de planeurs et autres maquettes volantes toujours grâce à ce petit moteur .que de souvenirs ……….

  4. KOHLER Jean-Philippe

    Que de souvenirs. Mon pere m avait initie au modelisme lorsque j avais 6 ou 7 ans avec des voitures en carton a monter venant de chez Schell lorsqu il mettait 20 francs d essence dans son Aronde Simca…
    Puis ensuite la source des inventions devint mon magasin de reference et de reve Je connaissais le catalogue par coeur J ai fait quelques Piper moteur caoutchouc puis a moteur et un plus gros aile haute tout balsa telecommande…le bonheur… J ai reve aussi d un moteur Jetex que je n ai jamais eu…
    Tout cela represente des souvenirs jusqu a 1965 environ…Il y avait un autre magasin qui s appelait Multisport mais la source etait vraiment la reference…

    • Et oui la référence : ) Merci Jean-Philippe pour votre témoignage riche. Il y a pas mal à raconter sur les moteurs Jetex en effet. Je ne les ai pas connu mais je me suis documenté dessus. C’est juste passionnant. On en trouve d’occasion de temps en temps. Vous pouvez boucler la boucle en n’en dénichant un 😉

  5. Mon témoignage concerne le modélisme ferroviaire. Au tout début des années 50 mon père m’a offert un train électrique acheté « À la source des inventions »; Il s’agissait de « La flèche du Jura » automotrice 3 rails.
    Par la suite mon père acheta des plans de wagons et voiture « Airmer » qu’il réalisa en bois et carton. Les flancs de bogies et bissels, les attelages et les roues étaient fourni également par « Airmer ».
    Qui se souvient de cette marque ?

  6. Années sixties, à peine 12 ans et pensionnaire un peu perdu dans un institut catholique de thierrache j’avais pour livre de chevet et de rêveries un exemplaire du catalogue qui datait un peu, mais qui fût mon paradis dans ce monde educatif un peu austère et froid d’un autre temps. J’y trouvais un monde idilique dans lequel je me plongeais chaque soir à la lueur des veilleuses du dortoir avant de m’endormir pour des rêves aériens et vivifiants.

    Je connaissais par cœur chaque modèle, chaque moteur, chaque piece de toutes les pages du chapitre aéro, les comparant sans cesse pour en tirer d’innombrables hit parades quotidiens. Ainsi j’ai piloté par !’esprit tous les avions et planeurs de ce catalogue dans des vols intrépides ou lascifs, selon mon humeur, au dessus de pâtures verdoyantes et vallonnées que j’inventais à l’occasion pour cette belle région.

    Ce n’est que des annees plus tard que j’ai pu realiser un centieme de cette vie intérieure très riche, mais que de souvenirs intenses et forts sensuels : vombrissements, fumée, odeur, réglages , deboires, crashs et réparations…

    Aujourd’hui à l’aube de mes 66 ans la simple evoquation de ce magasin et de ses trésors me replonge dans une réalité enfantine plus authentique et jouissive que les bien souvent trop pâles et trompeuses promesses de la techno d’aujourd’hui.

    Mille merci , posthumes hélas, A La Source des Inventions et à tous leurs animateurs de l’epoque, sans oublier de vous remercier pour cette belle page web de mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.