Home / A la une / Bien choisir sa radiocommande partie 1 : la guerre des modes !

Bien choisir sa radiocommande partie 1 : la guerre des modes !

Bien choisir sa radiocommande pour débuter. Mode 2 ou mode 1 pour radiocommande avion
Bien choisir sa radiocommande pour débuter. Mode 2 ou mode 1 pour radiocommande avion
Bien choisir sa radiocommande pour débuter. Mode 1 ou mode 2 ?

Choisir sa radiocommande est loin d’être évident. Cela a un coût et c’est un engagement au travers d’une marque et surtout du choix du « mode de pilotage » avec lequel vous allez prendre vos habitudes. Que vous achetiez une simple manette USB pour faire vos gammes sur simulateur ou que vous envisagiez l’achat d’une vrai radiocommande il faut dès maintenant que vous choisissiez le mode que vous allez utiliser. C’est parti !

Les modes des radiocommandes :

Les modes des radiocommandes : non on n’est pas à la fashion week de Paris et Jean Paul Gautier ne fait pas encore de radiocommande rayée blanc et bleu ! Plus sérieusement « mode » pour une radiocommande veut dire « quel manche sert à quoi ». On distingue 4 modes pour déterminer le choix de l’attribution des fonctions sur les manches. Plus tard nous verrons que certaines subtilités peuvent être faites dans le pilotage des planeurs mais cela ne change rien à ce qui est décrit ci-dessous si vous débutez dans la pratique.

Plus que de long discours voici les différents modes qui existent sous forme schématique :

 

Bien choisir sa radiocommande pour son avion rc
Le mode 1, très répandu en France pour des questions d’habitudes en club mais qui devient de moins en moins pratiqué.

 

Bien choisir sa radiocommande pour débuter
Radiocommande en mode 2, le mode plus intuitif et le plus répandu au monde.

 

Mode 3 radiocommande avion rc
Mode 3, très peu utilisé, parfois en alternative au mode 2 pour les gaucher.

 

Choisir sa radiocommande
Mode 4, très peu utilisé, souvent à l’origine d’un pilotage d’un avion en deux axes qu’on a mal fait évolué en 3 axes.

La guerre des modes (!) :

Grosso modo 90% des modélistes dans le monde pilotent en mode 2. En France jusqu’il y a encore une dizaine d’années 90% pilotaient en mode 1 ! La raison était que « les anciens » étaient en mode 1 et si on voulait faire de l’écolage on n’avait pas le choix, il fallait faire comme le prof pour pouvoir apprendre. Aujourd’hui cette tendance est en train de s’homogénéiser avec ce qu’il se fait dans les autres pays car ce fameux mode 2 est assez intuitif. De plus pas mal de drones et de petits hélicoptères jouets sont en mode 2 faisant que la nouvelle génération démarre assez souvent comme cela. Je vous expliquerais plus bas pourquoi le mode 1 est encore très répandu en France car à l’origine il y a une raison technique et non une raison intuitive en terme de pilotage.

Comme vous donc j’étais partagé, ne sachant quel camp choisir ! Voici la liste des arguments et contre arguments qui m’ont fait choisir le mode 2 à l’époque :

  1. En avion grandeur ou en planeur grandeur surtout si on est droitier on a tendance à tenir le manche à balais avec la main droite si on doit lâcher une main. Sur cette main droite on a la profondeur et les ailerons ( mode 2 ). Au pied on a la dérive que l’on retrouvera sur notre main gauche en mode 2 et enfin on a les gaz à la main gauche que l’on retrouvera également à la main gauche en mode 2. Si vous êtes amené à faire de l’hélicoptère ce mode est également assez intuitif : on a le cycle latéral et le cycle longitudinal sur la main droite comme dans un vrai hélico et on a sur la main gauche les gazs.
  2. Si vous avez fait de la voiture radiocommandé avec des manettes à manches : on a les gazs à gauche et la direction à droite ( les ailerons donc puisque pour tourner surtout au début on utilise à 80% les ailerons ).
  3. Les joysticks ont souvent sous le pouce droit la direction.
  4. L’argument du mode 1 n’est pas lié à de la facilité de pilotage sinon les meilleurs pilotes du monde seraient français 🙂 . Néanmoins il convient de noter que certains préfèreront avoir la commande de profondeur découplée de la commande des ailerons et d’autres préfèrerons avoir la commande des gaz découplée de la commande des ailerons. En effet on peut avoir tendance à faire un mouvement parasite sur l’une ou l’autre action.

Astuce : si vous sentez que vous faites des mouvements parasites sur commande des gaz en mode 1 ou sur la commande de profondeur en mode 2 lors de voltige, pensez à régler de manière différentielle la dureté des ressorts de votre radio. Dès que vous attaquez sur du moyen de gamme en radiocommande vous avez cette option.

Les mode 3 et 4 sont des alternatives qui peuvent parfois servir pour des gaucher si vraiment c’est trop compliqué pour eux mais je n’ai encore jamais rencontré de gauché qui ait eu du mal en mode 2. Au contraire les habitudes sur les joysticks ou autre ont souvent pris le pas.

 

poste de pilotage helico radiocommandé

Poste de pilotage virtuel pour hélicoptère avec le manche à droite comme dans un vrai hélico et les gaz dans la main gauche pour environ 2900 euros si ça vous tente !

Voici donc la démarche qui m’a amené au mode 2 alors que c’était presque à contre courant à l’époque. Mais ayant démarré seul sans club faute de club sérieux j’avais privilégié ma culture et mon expérience en voiture radiocommandée ainsi que ce qui me semblait cohérent avec le pilotage avions grandeurs et ce que je lisais dans les manuels de planeur échelle 1. Tout ceci est un avis très personnel qui n’engage que moi. La décision de piloter en mode 1 reste d’actualité encore en France, en particulier si vous souhaiter vous échanger des avions avec des amis qui volent en mode 1, ce qui est une très bonne raison ! Pour l’écolage c’est devenu moins un problème car les radios programmables permettent de faire un peu ce que l’on veut maintenant. Et vous trouverez de très très bons pilote en mode 1 comme en mode 2.

Historique des radiocommande et du mode 1 en France :

Mais d’où vient cette manie du mode 1 en France et pourquoi les anciens ne faisaient pas comme les autres ? Très tôt il y a eu des français qui ont fait du vol radiocommandé mais comparé aux États-Unis et à l’Allemagne les gens ne mettaient pas autant d’argent dans cette passion et surtout il était beaucoup plus facile de se procurer du matériel dernier cri dans ces pays quand France. Les radios 4 voies étaient du coup moins démocratisé dans l’hexagone et l’on pilotait encore avec des radios 2 voies ou 3 voies quand les autres avaient franchi le pas de la 4 voies depuis longtemps.

Regardons ensemble à quoi ressemblait une radio 2 voies ou 3 voies de l’époque pour mieux comprendre les habitudes prises en mode 1 :

Ancien montage avion radiocommandé
Ancienne radiocommande 2 voies (extrait de : « Le guide Marabout du modélisme » de Patrick Nicolas, 1981).

Sur l’illustration ci dessus on reconnait une radio 2 voies classique d’époque qui n’est pas sans rappeler une radio 2 voies pour piloter une voiture par exemple ( direction à droite et gaz avant/arrière sous la main gauche). On comprend ainsi que la profondeur soit dissociée des ailerons ou de la dérive dans le cas présent et que cette profondeur se trouve à gauche. Pour les avions à moteur il y avait une troisième voies sous forme d’interrupteur que l’on déclenchait en mode tout ou rien. Ainsi les personnes qui avaient appris à piloter avec ce genre de radio transmettaient leur savoir faire avec la profondeur sous la main gauche, même si par la suite ils achetaient une radio 4 voies. Même si déjà en 1981 (date de la publication de ce livre que je cite en exemple) les 4 voies étaient très répandu en France, on voit bien que l’auteur retranscrit la philosophie de l’époque : on ne parle pas des autres modes qui existent et la progression du modéliste et de son matériel est très représentative de l’époque. L’auteur tient compte de la progression classique de l’époque avec les 2 et 3 voies qui sont moins onéreuses à l’achat, je cite :

 

livre apprentissage aéromodélisme
Le guide Marabout du Modélisme par Patrick Nicolas, 1981.

« Avions 4 voies – 3 axes : on arrive à la configuration
complète qui permet le contrôle de l’avion sur ses trois axes : roulis, lacet, tangage avec en plus la commande de gaz. (…) Sur l’émetteur il y a peu de changement par rapport à la configuration « 3 voies » : seul la commande de dérive passe sur la manche de gauche avec la profondeur. Les sens d’actions sont inchangés. La commande supplémentaire qui est la commande des ailerons vient prendre la place de la commande de direction sur le manche de droite dont voici le sens de l’action (…) » ( p67-68)

 

 

Dans les pays comme les USA ou l’Allemagne, très vite il y a eu à coup raisonnable des ensembles émetteurs/récepteurs 4 voies. Très vite plus personnes n’a utilisé des ensembles 2 ou 3 voies. Les principaux fabricants produisant plus et étant implanté dans ces pays, Graupner en Allemagne avec Robbe et Multiplex dans un second temps, Futaba pour tout l’Asie et je vous laisse mettre en commentaires toutes la myriade de marques aux USA. En France il y avait bien entendu de bons fabricants mais les radios étaient plus onéreuses à technologie équivalente que ces gros producteurs qui en plus pouvaient se permettre de faire de la R&D.

 

ancienne radiocommande 3 voies
Ancienne radiocommande 3 voies avec le commutateur qui pouvait servir pour les gaz en haut à gauche             (extrait de : »Le guide Marabout du modélisme » de Patrick Nicolas, 1981.).

 

Est ce que je peux acheter une radiocommande en mode 1 et la changer en mode 2 par exemple ?

Oui sur beaucoup de radios c’est possible dès que vous prenez une radio milieu ou haut de gamme. Cette question se pose souvent lorsque l’on achète du matériel d’occasion. Pensez à télécharger et lire la notice de la radio avant votre achat pour vérifier si cela est faisable. Sur les radiocommande des avions volontairement on désactive le ressort sur le manche des gaz. Beaucoup de radio offrent la possibilité de coupler ou découpler ce ressort en ouvrant l’arrière du capot pour interchanger les cotés. Sur les radios moyen et haut de gamme on peut même régler la dureté de ces ressorts. Ensuite l’attribution des voies se fait au travers de la programmation et de la manière dont vous allez brancher vos servos sur votre récepteur.

En résumé :

Les questions a se poser et à hiérarchiser :

  • Est-ce que je vais piloter des avions qui ne m’appartiennent pas dans un club en France ou à l’étranger et est ce que ce club sera réfractaire à un mode en particulier ?
  • Est-ce que un mode est incompatible avec le professeur de l’école la plus proche ?
  • Est-ce que je vais prêter ou me faire prêter des avions entre amis et si oui dans quelle mode ses personnes volent elles ?
  • Est-ce que j’ai fait ou je vais faire de la voiture radiocommandée et utiliser cette expérience ?
  • Est-ce que je veux avoir une approche « avion réel », « planeur réel » ou « hélicoptère réel » ou est ce que cela m’importe peu ?
  • Est-ce que je suis droitier ou gaucher et est ce que je veux privilégier les commandes les plus sensibles ( ailerons & profondeur ) sur cette main ? ( mode 2 pour les droitiers )
  • Est-ce que je vais être amener à acheter des modèles « jouets » avec des radios vendu avec et si oui suis-je limité dans le choix d’un mode en particulier. ( mode 2 plus répandu à l’international )

Ne pas faire : changer de mode quelques temps après votre apprentissage ! Il est important de garder le mode avec lequel on a appris ses premiers réflexes !

Voilà normalement vous avez un peu plus d’éléments de réflexions et au moins vous saurez pourquoi ce fameux mode 1 est franco-français ! D’une manière générale vous allez voir : chaque modéliste trouve que le mode qu’il pilote est le meilleurs mode du monde et également que la marque de sa radiocommande est la meilleur du monde ! C’est une constante universelle et dans le fond c’est la preuve de la passion des gens pour l’activité et surtout qu’il n’y a pas de « mauvais » choix tant que ce choix vous apporte plaisir et satisfaction ! 🙂

nb : bien sur une fois que vous avez choisi criez au et fort que c’est vous qui avez raison ! 

Envie d’aller plus loin ? Lisez le livre « les 7 secrets pour débuter et bien progresser en aéromodélisme que vous pouvez télécharger ici !

Miniguide pour apprendre à piloter en aéromodélisme

Check Also

Contributions élèves : les progrès de Serge au Madagascar

L’aéromodélisme au Madagascar Serge, élève de la formation aero-modelisme.com, nous fait découvrir son club au …

23 comments

  1. Bien la première fois que je lis un truc de cohérent sur cette histoire de mode 1 et je valide le contexte ! ( je suis en mode 1, pas le choix quand j’ai débuté il y a 25 ans … houps peut être 30 je compte pu ! mais parfois je regrette étant droitier ). nb: bien fait votre mini livre, très belles photos

  2. Merci pour ces explications. J’avais commencé en mode 2 sur mon simulateur mais suite aux conseils d’anciens je suis revenu avec quelques difficultés en mode 1. Pour faire voler mon Easyglider je possède une radio Graupner MX-10 en attendant d’évoluer vers quelque chose de plus performant.

    • Bonjour Jean-Louis !
      Effectivement il n’est pas évident de peser les pour et les contres entre les deux modes quand on est en France. Pour ma part quand un élève démarre dans un mode je considère que c’est au prof de s’adapter et non à l’élève. La présence d’un club où l’on vole en mode 1 reste un argument … dans la réalité quels sont les « anciens »qui passent les commandes de leur avion ? Par contre, et cela reste un bon argument : certaines personnes peuvent prendre en main votre avion pour vous aider à le régler et là ça devient intéressant d’être dans le même mode que eux. Votre tandem Easyglider / Graupner MX-10 est un très très bon choix. La Graupner MX-10 est simple et vous permet de partir dans une gamme de matériel large pour la suite. J’ai déjà feuilleté sa notice et elle semble bien pour un débutant : on branche ça marche et il n’y a pas des tonnes de programmation. Le récepteur livré avec semble de qualité aussi et si je ne me trompe pas il peut servir pour plus tard pour de la télémétrie ? Vous en êtes à quel cours dans la formation actuellement ? 🙂

  3. Bonjour,
    étant totalement débutant et ayant commencé avec des drones, j’ai bien sûr une radio en mode 2. Mon club est peuplé de « moustachus » évoluant en mode 1 (dont certains admettent que le mode 2 leur semble plus logique…) Pour me faire écoler, je me suis acheté d’occasion une radio de la même marque que la mienne (plus bas de gamme) mais je l’ai basculée en mode 1. Elle est en mode maitre, je la confie aux gens qui veulent bien me donner un coup de main, ma radio est en mode élève . Ainsi, plusieurs « moniteurs » peuvent m’aider sans être embêté par cette histoire de modes. Lorsque je serai totalement autonome, je pourrai toujours la revendre sans trop avoir perdu d’argent ou la passer mode 2 pour avoir une radio en réserve…
    Merci pour cet excellent site.

    • Merci Guy pour votre retour d’expérience et votre témoignage ! C’est tout à votre honneur d’avoir palier à une situation sans attendre que le club fasse l’effort « en ralant » comme certains peuvent le faire. C’est tout à fait l’esprit dans lequel j’ai progresser et dans lequel j’ai fait ce blog = ne pas laisser les autres choisir de sa vitesse de progression ou de son simple apprentissage. Prendre les devants !
      Si un jour vous souhaiter présenter un de vos modèles, votre club ou votre expérience ce blog est là pour vous accueillir.

  4. En mode 1 le découplage profondeur ailerons est plus intuitif. Il évite de que des actions involontaires sur un axe ne perturbe la trajectoire sur l’autre axe.
    Une autre variante que mes amis pilotes, amateurs de voltige évoluée adoptent peu à peu est celle-ci: l’action verticale du manche dit des gaz, devient le manche des aérofrein sur la demi course « à tirer » et contrôle de la puissance moteur « à pousser ».
    Un interrupteur à 2 positions permet de modifier l’action de ce même manche qui conserve son retour au neutre par ressort.
    Dans l’autre position, le manche contrôle la courbure de l’aile pour un pilotage 4 axes.
    Les explications de programmation de la radio sont ici: https://voltige-planeur-rc.net/materiel-rc/radio-multiplex/programmation-du-troll-sur-la-profi-tx/
    Cette programmation a été d’abord expérimentée sur la MC4000, puis sur la Royal EVO de Multiplex.
    Mais elle est parfaitement transposable sur toutes les radios évoluées et notamment la Taranis X9D et 9D+, radios qui permettent de construire ses propres mixages.

    A noter que le pilotage pupitre permet de longues séances de vol en planeur RC et donc de longues séances de voltige sans fatigue.

    • Bonjour François, merci pour votre commentaire !
      Tous d’abord désolé pour le décalage dans la réponse. Je suis en Polynésie et cela ne fait que depuis quelques jours que j’ai une très bonne connection internet me permettant de lire les messages tranquillement le soir autre que ceux des élèves que je traitais en priorité.
      Pour l’anecdote « vol de pente » du coin ) … je prends régulièrement le ferry en ce moment entre Papeete et l’île de Moorea ( 40mn environ ) et on a des passagères clandestins !!! Le ferry est assez gros et de forme moderne avec une timonerie qui offre une belle pente à l’avancement. Et … à chaque fois il y a de petites mouettes qui se cale sur l’ascendance généré par l’avancement et elle font la traversé à moindre effort !!! Il y a une nouvelle discipline à faire (rires) !
      J’utilise également comme vous sur certains de mes planeurs le manche des gaz pour les aérofreins et pour les volets ( d’ailleurs en vol dos c’est vraiment efficace les volets à cabrer de quelques millimètres pour recréer un nouveau profil ! ) mais je n’ai jamais comme vous le décrivez fait d’essais de programmation pour étendre cette technique planeur sur mes avions et générer sur ce même manche gaz et aérofrein. C’est vrai que cela doit apporter un certain confort sur les phases d’atterrissage. A tester !
      Merci pour votre lien pour les lecteurs du blog, je ne doute pas qu’ils apprécieront.
      Mes meilleurs voeux en cette période de fête au passage !
      nb : votre livre a été bien entamé et apprécié avant mon départ, il ne reste plus qu’à appliquer. J’ai commencer à me le traduire en mode 2. Si un de vos lecteurs à déjà fait ce travail je suis preneur.

      • et pour ce qui est du découplage je suis entièrement d’accord avec vous vis à vis du mode 1, je l’ai d’ailleurs précisé dans l’article. Je l’ai mis dans l’ensemble de critères à prendre en compte dans le choix pour le débutant.

         » 4. (…) Néanmoins il convient de noter que certains préfèreront avoir la commande de profondeur découplée de la commande des ailerons et d’autres préfèrerons avoir la commande des gaz découplée de la commande des ailerons. En effet on peut avoir tendance à faire un mouvement parasite sur l’une ou l’autre action. »

  5. Bonjour,
    Je trouve cet article très intéressant, mais après ça lecture, j’hésite encore dans mon choix.
    Je débute en vol planeur avec déjà un peu d’expérience mais je pense qu’il est encore temps de changer mon mode. Je suis actuellement en mode 1 pour une autre raison que celles données, je trouve que lors du lancer main (main droite pour moi) il est intéressant pour la main qui reste sur la radio d’être sur la commandes la plus importante : la profondeur au cas où le lancer ne serait pas bon. Je serais même tenté de mettre aussi les ailerons. Donc mode 3. Mais dans ce cas, je trouve dommage qu’il n’y ai pas de commande « importantes » en main droite pour le reste du vol.
    Je serais intéressé d’avoir votre point de vue sur ce point.

    • Bonjour Philippe,
      restez en mode 1, le lancer représente 1% du temps de vol … ce serait dommage de rien avoir dans la main droite pendant le vol comme vous dites. Je jette de la main droite … et je suis en mode 2 … si on jette bien face au vent en général ça se passe bien.
      Votre réflexion sur le lancer / versus mode est intéressant en tout cas. De mon coté je vous partage mon expérience : souvent j’ai plus ressenti le besoin d’avoir les ailerons en mains pour rattraper un planeur qui part en travers plutôt que la profondeur.

  6. aurais je enfin trouvé ce que je recherche depuis de nombreuses années ??!!!

  7. est il possible d’avoir un aperçu des cours et videos avant de souscrire un abonnement ,?

    merci , bruno b

  8. Éric Saint Requier

    Bjr loic
    Je crois que tu es en train de me concaincre de débuter en mode 2, alors qu’au 1er abord je partais sur mode 1
    LOL
    Bon dimanche à tous

  9. Georges Lautemann

    Bonjour et félicitation pour cet article très bien fait.

    J’ai commencé à piloter en mode 2 en 1971 (« pilotage sur 1 manche ») et faisant mes premières compétitions, j’ai rencontré de nombreux compétiteurs en mode 1. J’ai donc décidé de changer pour ce mode en février 1973.
    J’avais à la date du changement un bon niveau de pilotage mais j’ai pris plusieurs mois pour retrouver ce niveau après changement. Je précise que j’avais moins de vingt ans à cette époque, la souplesse des réactions et réflexes à cet age sont sans comparaison avec celles d’un adulte, encore moins d’une personne de plus de 40 ans….J’en ai plus de soixante….

    Je souhaiterai ajouter quelques commentaires :

    1— En Allemagne, la majorité des pilotes ont adopté le mode 1, quelques clubs ont aussi le mode 4 ( mode 1 inversé ).

    2— La raison des modes 1 et 4 est historique: La réalisation d’un manche sur rotule (guimbal) de bonne qualité est assez difficile. Les premières RC ont donc préféré séparer les deux fonctions principales : aileron et profondeur.

    3— De nos jours, même un débutant commence à piloter avec un modèle équipé d’ailerons. Ce n’était pas du tout le cas au début des RC proportionnelles ( débuts 70 ). Le modèle typique de début était un moto-planeur en deux axes avec moteur « Cox ». Dans ce cas, les « deux voies » suffisaient et utilisaient deux manches séparés, l’un pour les ailerons, l’autre la profondeur. Les RC plus onéreuses étaient réservées aux pilotes expérimentés: on ajoutait les gaz sur le manche de droite puis éventuellement on déplaçait la dérive vers le manche de gauche, les ailerons utilisant le manche de droite ( ceci dans le cas le plus habituel du mode 1, à vous d’inverser pour le mode 4).
    Il y avait donc bien une « hiérarchie » du matériel entre pilote débutant ( deux voies) et pilote plus expérimenté (quatre voies). Bien sûr cela prête à rire aujourd’hui avec les RC 12 vois…mais c’est bien la vérité !

    • Merci Georges pour ce commentaire et ce témoignage. Et oui aujourd’hui l’aéromodélisme n’a jamais autant été aussi accessible !

  10. Bonjour, petite question: si je suis en mode 2 et que le reste du club est en mode 1, pourquoi ne peut-on pas se prêter d’avion? Le réglage du mode n’est que sur la radiocommande, non? Le branchement sur l’avion n’est pas dépendant du mode, si?
    Si ce que je pense est bon, alors si on me prête un avion, il me suffit d’appairer cet avion à ma radiocommande et ça fonctionne, non?

    Merci de m’éclairer, car je vais débuter 🙂

  11. Bonjour, petite question: si je suis en mode 2 et que le reste du club est en mode 1, pourquoi ne peut-on pas se prêter d’avion? Le réglage du mode n’est que sur la radiocommande, non? Le branchement sur l’avion n’est pas dépendant du mode, si?
    Si ce que je pense est bon, alors si on me prête un avion, il me suffit d’appairer cet avion à ma radiocommande et ça fonctionne, non?

    Merci de m’éclairer, car je vais débuter 🙂

    • Bonjour José,
      plusieurs choses à distinguer :
      L’écolage : vous avez un membre du club qui fait moniteur et un peu comme l’auto-école il est avec vous pendant le vol et reprend la main avec sa radiocommande si vous avez une difficulté. Dans ce cas il faut que le club ait une radiocommande « élève » en mode 2, branché à la radiocommande maitre en mode 1. Généralement c’est assez simple quand c’est deux radios de même marques, un peu plus compliqué quand c’est deux radios de marques différentes. Les compatibilités sont +/- aléatoires suivant l’infinité de modèles et de combinaisons. Tout club qui se respecte doit avoir de quoi faire de l’écolage pour des élèves en mode 1 ou en mode 2. En particulier pour accueillir les très jeunes qui souvent pilotent en mode 2 du fait des drones ou des joystick des jeux.
      Le prêt d’avion : généralement les personnes prêtent peu leur avion. Le seul cas valable et qui est courant : un débutant ou un pilote de niveau moyen fait appel à un pilote chevronné du club pour tester lors du premier vol un nouvel avion contruit/acheté par le pilote débutant afin de le mettre au point. Dans ce cas il prend votre radiocommande et teste l’avion. Les réglages et la programmation d’une radiocommande pour un avion peuvent être long et généralement on vole avec la radio du propriétaire de l’avion. Le pilote chevronné pourrait tout à fait binder sa radiocommande en mode 1 sur votre récepteur mais ça implique que sa radio soit compatible avec votre récepteur (en gros de la même marque) et ça implique qu’il programme tous les débattements et toutes les voies pour rentrer votre avion comme un nouveau modèle dans sa radio.
      Vous pouvez également piloter votre avion en écolage.
      Mon conseil : si vous souhaitez piloter en mode 2 et que tout le monde est en mode 1, achetez une radiocommande compatible avec la radiocommande moniteur du club. Ainsi vous pourrez faire de l’écolage.
      Mon second conseil : il y a club et club : certains vont vous faire des louanges pour venir mais personne ne sera dispo pour vous prendre en main. Un club reste un club avec des bénévoles qui ne sont pas tenu à être dispo. Ce n’est pas une école, ce n’est pas une formation. Pensez à vous former en parallèle (lectures, cours en ligne, vidéos, simu), pensez à poser les bonnes questions sur la disponibilité des gens. Les bénévoles vous aiderons d’autant plus si ils voient que vous avancer dans cotre coin.
      Hésitez pas à décrire l’avancement de votre projet. Et surtout foncer et passer à l’action, c’est la clef ! Les essais et erreurs font parti de l’expérience et il n’y a pas de « mauvais mode », celui avec lequel vous volerez sera le bon !

      • Merci pour votre réponse rapide Loïc.

        J’ai de la chance, le club où je vais démarrer ce samedi a un formateur attitré qui forme tous les nouveaux, et 90% des membres du club ainsi que le formateur sont équipés d’une Taranis Plus. C’est le modèle de commande que je vais prendre.

        Je vous remercie sincèrement pour vos explications!

        José

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.