Home / A la une / L’extra 330 SC Multiplex édition Gernot Bruckmann : l’avion rc d’initiation à la voltige radiocommandé

L’extra 330 SC Multiplex édition Gernot Bruckmann : l’avion rc d’initiation à la voltige radiocommandé

Multiplex Extra 330 SC édition Gernot Bruckmann

Contexte de l’essai de l’EXTRA 330 SC de Multiplex

Mes remerciements à l’Association Polynésienne d’Aéro Modélisme (APAM), ses membres et son président Jean-Louis Grangeon pour leur accueil sur leur terrain.
Je vous présente aujourd’hui l’EXTRA 330 SC de Multiplex. L’idée de cet essai est de voir si cet avion peut être un candidat pour les élèves qui, après après la formation initiation souhaitent un avion qui présente suffisamment d’intérêts pour appliquer les cours de la formation perfectionnement.
Nous allons bien sûr regarder sa facilité à la voltige mais également des choses plus subtiles pour progresser : son comportement au pilotage avec et sans dérive, le champs des possibles pour s’initier à la programmation, son accessibilité et sa capacité d’évolutivité pour franchir plusieurs étapes dans le cursus de progression.

Caractéristiques techniques de l’EXTRA 330 SC :
Envergure : 1150mm
Longueur hors tout : 1200mm
Poids en vol : 1350g
Surface alaire totale : 36dm2
Charge alaire totale : 38g/dm2
Hélice : 14×7″
Nb de voies : 5
Fonctions RC : Profondeur, Direction, Ailerons, Moteur
Temps de vol : 5 min. (3S ~2600 mAh)
Prix moyen constaté version RR Orange réf 264282 : entre 260€ et 300€
Prix moyen constaté version RR Red / Silver réf 264283 : entre 259€ et 279,90€
Prix moyen constaté version kit Orange réf 214274 : entre 132€ et 145€

La vidéo officielle Multiplex de l’Extra 330 SC Gernot Bruckmann

Déballage et contenu de la version RR de l’Extra 330 SC Gernot Bruckmann

Même si l’habit ne fait pas le moine et que la boite ne fait pas l’avion bein … c’est bôôô ! Bref, ça fait toujours plaisir une belle boite en main, une belle présentation de l’avion qui laisse présager une déco punchy. Et ça loupe pas, à l’ouverture le orange décoiffe. icon ok

 

Voyons un peu plus le contenu : premièrement on sent que l’assemblage va être vite résumé ( version RR présenté ici ). On est attiré par le train d’atterrissage en carbone ( véritable ) qui claque bien sa mémère et qui respire sérieux et solidité. Toujours en carbone : une petite clef d’aile.

Multiplex extra 330 sc

Le cône si vous le cherchez est caché dans le fuselage. L’hélice est de grand diamètre, plus proche de la taille de votre ventilateur de plafonnier que ce que vous aviez l’habitude de voir sur votre avion de début. Vol 3D oblige, on va se prendre pour des hélicoptères icon_mrgreen ! Empennage arrière et dérive sont déjà décorés et les guignols sont déjà en place. Pour les débutants : les guignols sont les pièces triangulaires sur lesquels les palonniers venant des servos vont venir se fixer. Un peu de papier : la notice pour le montage ainsi que la notice du contrôleur sont présentes dans le carton. La première sera utile pour les réglages de débattement, la seconde si un jour vous souhaitez récupérer le contrôleur pour le monter sur un autre avion et modifier les réglages. Bien évidement il y a un petit sachet de visserie pour monter les derniers éléments.

L’aile

L’aile en deux partie est elle aussi décorée. Recto orange fluo à souhait, verso un petit coté racing noir et blanc. C’est intelligent de bien avoir tranché entre le dessus flashy et le dessous sobre. Dans une démarche d’avion d’apprentissage à la voltige ce genre de détail n’en est pas un. Cela aide le pilote à repérer le sens de son avion même si à partir d’une certaine distance l’apprentissage préalable des techniques de vol à perte de vue est indispensable. Encore une fois pour les débutants ou les moins débutants : un avion vol plus vite qu’un motoplaneur et est plus petit. Regardez la vidéo et comptez en combien de secondes après le décollage l’avion devient un point qui n’a plus de sens. Ce cours devra donc bien être assimilé avant de passer sur ce genre d’avion.

Continuons la présentation : il restera à régler les longueurs de  tringles, les servos, des Hitec HS-82MG à pignons métal étant déjà montés. Couple : 3,3kg.cm à 0,10sec/60° tout ça sous 6.0V : ça commence à être du sérieux. 0,10sec/60° c’est plutôt rapide dans cette puissance. Pour ceux qui monte le kit : si on s’amuse à chercher équivalent ou un poil plus rapide avec même compacité/poids/puissance on va vite voir que c’est loin d’être évident …

Le fuselage

Multiplex extra 330 sc

La cellule est renforcée par un treilli en bois sur lequel sont déjà monté le servo de dérive et le servo de profondeur, tous les deux des Hitec HS 82MG à pignons métal également.
La déco bien flashy est déjà posée (ça je crois que vous avez compris ! icon_mrgreen). La dérive se clips à l’arrière et on n’a plus qu’à venir y fixer le bras de la roulette de queue. Les plus perspicaces auront noté un design simplifié par rapport à la roulette de queue qui avait un coté maquette sur l’Extra 300 S. D’ailleurs le jeux des sept différences ne s’arrête pas là : l’avion n’est tout simplement pas le même tout comme un Extra 300 S n’est pas un Extra 330 SC en avion grandeur.

 

Les servos  Hitech HS-82MG qui équipent l’Extra 330 SC

119_1_HS-82MG_Standard_Metal_Gear_Micro_Servo-1

Le HS-82MG est un nouveau servo puissant pour un couple et une vitesse élevés équipé de pignons métaux pour une résistance « tout terrain ». Le HS-82MG est le choix des modélistes recherchant un servo costaud et de rendement élevé à prix abordable. Il est l’évolution du célèbre HS-81MG. Ce servo trouvera sa place dans bon nombre de modèles.

Caractéristiques techniques:
Moteur : 3 poles
Vitesse: 0,12sec/60° (4,8V) – 0,10sec/60° (6.0V)
Couple: 2,8kg.cm (4,8V) – 3,3kg.cm (6.0V)
Dimensions: 29.8x12x29.6mm
Poids: 19g
Pignons: métal
Consommation au ralenti : 10 mA
Consommation en fonctionnement : 280 mA
Courant en pointe : 1,800 mA
DBW ( dead band width ) / bande passante : 5 μs
Prise: Hitech-JR-Futaba

L’hélice

Multiplex Extra 330 SC édition Gernot Bruckmann
Multiplex Extra 330 SC édition Gernot Bruckmann

Version kit

Pour ceux qui souhaite découvrir en détail le montage du 330 SC en version kit, voici une série de vidéos réalisés par Maja Kürflüge dans le menu déroulant ci dessous.

SERIES VIDÉOS DU MONTAGE DU KIT

SERIES VIDÉOS DU MONTAGE DU KIT

Chaine de MaJa Kürflüge

VIDÉO 1 –

VIDÉO 2 –

VIDÉO 3 –

VIDÉO 4 –

VIDÉO 5 – L’ESSAIS

VIDÉO 6 – L’ESSAIS

Montage de l’électronique et réglages

Premier point important : fixer de manière sérieuse tout pour que rien ne bouge. En effet sur un avion de voltige on met ceinture et bretelle. On peut choisir aisément l’emplacement du récepteur et du contrôleur car l’accu a suffisamment de latitude pour faire notre réglage de centrage de gravité ( CG ).

Le contrôleur : je laisse le contrôleur dans la position proposé mais je le sécurise en passant un collier de serrage  entre le battis en bois et les fils sur l’avant. Je fais de même sur l’arrière en tenant les fils venant de l’alimentation. Ainsi, si il venait à bouger il serait retenu de chaque coté. À noter que sur le 330 SC que j’ai entre les mains, les couleurs sur le branchement des prises contrôleur / moteur avait des inversions mais que après check ce montage d’usine est le bon.

Le récepteur : si l’on a un petit récepteur 6 voies compacte, celui ci trouvera facilement sa place en face, histoire d’équilibrer un peu en latéral le poids du contrôleur. Une autre place intéressante pourrait être de faire une petite platine derrière les servos de dérive & profondeur. Pour ma part j’ai choisi pour ce premier essais de me mettre en face du contrôleur.

Le récepteur sera un Wingstabi qui sera testé sur les vols futurs.
Le récepteur sera un Wingstabi de Multiplex. Considéré pas suffisamment plug & play lors premiers vols, il sera testé sur les vols futurs dans une démarche plus technique.

L’idée est au passage de tester un récepteur Wingstabi ( gyro de Multiplex ) pour voir si cela peu apporter quelque chose d’intéressant pour que les élèves pilotes se forment. Pour se faire j’ai découpé un bout de mousse ( voir photo ci dessous ) afin que le Wingstabi soit bien à plat. J’ai collé cette mousse à l’époxy afin de m’assurer que ça ne bouge pas. Puis le Wingstabi est fixé dessus avec un double face costaud. Néanmoins je pense que c’est perfectionable.

bloc mousse pour récepteur Extra 330 SC multiplex

Connectiques : le contrôleur est livré avec les prises vertes Multiplex très pratiques. J’ai changé en prise banane faute d’avoir des accus avec ces prises verte mais à l’usage je trouve ces prises vertes bien plus sécurisante et je modifie petit à petit mon parc.

Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann
Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann

Coté branchement servos, je trouve que ça vaut le coût d’acheter deux rallonges permettant d’avoir des prises femelles facilement accessibles pour brancher débrancher les servos d’ailerons lorsqu’on met en place les ailes. Ainsi l’on est pas en train de bidouiller sur le récepteur qui lui est fixé solidement. On ne risque pas d’abîmer les fiches d’entrées de son récepteur en branchant / débranchant constamment à chaque sortie. Ces deux prises femelles sont fixé solidement avec un collier et du coup ça devient hyper accessible.

Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann
Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann

 

Les fils des servos de dérives et de profondeur sont quand à eu passé dans le fond de la carlingue pour remonter après l’aile et fixé également avec un collier. Ainsi rien ne se balade.

Tout ceci prend un peu de temps mais quitte à s’initier à la voltige, autant déjà rentrer dans la culture de la fiabilité et de la préparation des avions.

 

Réglage du centre de gravité

L’avion est centré suivant la notice soit CG = 100 mm à l’arrière du bord d’attaque de l’aile, au niveau du fuselage. Le centrage peut se faire à l’endroit comme à l’envers si l’on est gêné par le train d’atterrissage.

Multiplex Extra 330 SC édition Gernot Bruckmann
L’accu encore quelques millimètres un peu plus en avant et ce sera parfait. Multiplex Extra 330 SC édition Gernot Bruckmann.

Ce centrage va s’avérer bon dès le premier vol.

 

Tableau de réglages pour la voltige normale

Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann
Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann

Les tringles viennent dans les trous les plus à l’extérieur des guignols.

Profondeur :
Vers le haut : env. +40mm; 50% Expo
Vers le bas : env. -40mm; 50% Expo

Ailerons :
Vers le haut : env. +40mm; 50% Expo
Vers le bas : env. -40mm; 50% Expo

Direction :
A droite : env. +80mm; 50% Expo
A gauche : env. +80mm; 50% Expo

cropped-aéromodélisme.png

Réglages pour la voltige 3D

C’est cette configuration qui a été utilisé pour démarrer cet essais.
Les tringles viennent dans les trous au milieu des guignols :

Profondeur :
Vers le haut : env. +90mm; 75% Expo
Vers le bas : env. -90mm; 75% Expo

Ailerons :
Vers le haut : env. +60mm; 75% Expo
Vers le bas : env. -60mm; 75% Expo

Direction :
A droite : env. +100mm; 50% Expo
A gauche : env. +100mm; 50% Expo

cropped-aéromodélisme.png

Réglages pour la voltige extrême

Vidéo de voltige extrême. Chaine youtube Martin Brandmüller.

Note du constructeur : 
ATTENTION ! Danger et que pour pilotes expérimentés : dans cette configuration, le modèle est extrêmement sensible, il a été testé jusqu’à 18g. Pour atteindre ces débattements il faut modifier les guignols des ailerons et de la profondeur. Coupez la petite patte sous les raccords de tringle 83 avec une petite pince coupante ou avec une mini-disqueuse et fixez les raccords de tringle dans les trous des guignols les plus près de l’axe de rotation de la gouverne.

Profondeur :
Vers le haut : env. +120mm; 85% Expo
Vers le bas : env. -120mm; 85% Expo

Ailerons :
Vers le haut : env. +85mm; 85% Expo
Vers le bas : env. -85mm; 85% Expo

Direction :
A droite : env. +120mm; 75% Expo
A gauche : env. +120mm; 75% Expo

Parts de mixage linéaires; celles-ci sont activées en permanence, pour toutes les phases de vol.
Ces valeurs sont données à titre indicatif, elles dépendent de la position du centre de gravité, du poids total du modèle et peuvent être ajustées selon ses propres envies.

 

L’Extra 330 SC échelle 1:1

extra 330 SCExtra 330 SC lors d’un meeting aérion. Source wikipedia Creative Comon S.Ryabtsev.

Caractéristique technique de l’Extra 330 SC

  • Envergure : 7,70 m
  • Longueur : 6,65 m
  • Hauteur : 2,62 m
  • Surface alaire : 10,44 m2
  • Poids à vide : 620 kg
  • Poids maxi au décollage : 868 kg
  • Moteur : Lycoming 300 ch
  • Altitude de service : 16 000 ft (4875 m)
  • Vitesse Max : 220 kt (407 km/h)
  • Autonomie : 944 km
  • Taux de roulis : 400 degrés par seconde

Extra Aircraft

Extra Aircraft est un constructeur allemand d’avions monomoteurs légers, principalement destiné à la voltige aérienne. La société produit environ 30 avions par an. Extra Aircraft, EXTRA Flugzeugproduktions und Vertriebs GmbH en allemand icon_eek, a été créée en 1980 par Walter Extra, un ancien pilote de voltige. La société est basée sur l’aérodrome de Dinslaken/Schwarze Heide à Hünxe en Allemagne.

extra aircraft world champion

Walter Extra est un pilote d’acrobatie allemand, concepteur d’avions qui a fondé Extra Aircraft. Water Extra a reçu une formation d’ingénieur mécanique. Il a commencé sa formation en vol à bord de planeurs, faisant la transition vers des avions motorisés pour effectuer des acrobaties aériennes. Il construisit et pilota un Pitts modifié et construisit plus tard son propre Extra EA-230. Walter Extra a commencé à concevoir des avions après avoir participé aux Championnats du monde de voltige aérienne de 1982. Ses constructions d’avions ont révolutionné la scène de vol acrobatique et dominent encore les compétitions mondiales. Le pilote allemand Klaus Schrodt a remporté son titre de champion du monde en pilotant un avion fabriqué par l’entreprise Extra.

Site internet : https://www.extraaircraft.com/
Page facebook : https://www.facebook.com/extraaircraft

 

Multiplex Extra 330 SC Ždition Gernot Bruckmann
Multiplex Extra 330 SC éŽdition Gernot Bruckmann

 

Essai en vol de l’Extra 330 SC

Multiplex extra 330 sc

L’essai c’est déroulé avec un peu de vent. Un dernier check pour contrôler le sens des gouvernes : tout est ok. Le taxiage se fait sans problème, la roulette de queue est efficace et malgré la relative légèreté de l’avion, la queue reste bien planquée par terre malgré les courants du jour. Face au vent, en bout de piste, quelques mètres de roulage et c’est parti, on est déjà en l’air. Ça tracte fort et on sent de suite qu’il y a un bon rapport poids puissance. Par contre ouf … c’est hyper hyper sensible ! Je tire les premières trajectoires, ça secoue près du sol avec les perturbations du vent et il faut s’accrocher pour les corrections. Le machin se pilote à coup de 1/2 millimètre, gloups ! Je prends de l’altitude pour cogiter un peu.  Bingo : tellement concentré pour les photos de l’article lors du montage du Wingstabi, j’ai suivit à la lettre sa notice, c’est à dire ne rien mettre comme trim et ne faire aucune correction sur la radio. Mais entre ne rien mettre comme trim et oublier de mettre de l’exponentiel y’a une envergure de B-52 ! J’ai pris au pied de la lettre la notice en n’en oubliant complètement les réglages d’expo. Donc du coup ça me permet de vous dire que les réglages d’exponentiels sont juste obligatoires et que si il y a marqué 75% d’expo c’est pas pour rien ! Pas le loisir de s’amuser à tester le Wingstabi dans cette configuration, y’a déjà trop de trucs à gérer sur ce vol. Malgré ce loupé l’avion est sain, juste une petite correction de trim à faire. Le posé se fait tranquillement, l’avion est assez facile.

Le facteur humain

Je vous ai volontairement décris cette erreur faite avec la mise en place du Wingstabi et mon manque d’attention. Pour ceux qui ont téléchargé   vous pouvez voir que encore une fois le facteur humain compte à chaque vol et qu’apprendre à se connaitre compte autant que savoir manier les manches. Une erreur est toujours prête à se glisser dans la préparation. C’est pour ça qu’une check list permet déjà de bien minimiser ces problèmes. Un peu trop pressé de voler, absorbé par un autre sujet, distrait par des discussions et nous voilà en train de faire une bêtise. Il faut juste en être conscient et adapter son comportement ou son matériel en fonction de comment on pratique : on sort du boulot à l’arrache, c’est peu être le bon moment pour voler avec son moto-planeur en mousse. On a envie de faire voler son avion thermique qui demande un peu plus de préparation et est surtout plus dangereux : on privilégiera une matinée tranquille un week end où l’on a que cela à faire.

Deuxième vol, cette fois ci avec l’exponentiel préconisé _badass. Note : je laisse tomber l’idée de tester sur ce deuxième vol le Wingstabi, on verra cela dans un autre article. Avec 75% d’expo c’est la coolitude intégrale comparé à l’autre vol ! L’avion est vif aux pleins débattements mais sinon ça devient très très accessible en pilotage. Comme il y a du vent je choisis de voler rapide pour avoir un peu d’inertie, tendre les trajectoires et éviter un décrochage en sous estimant le vent arrière. Les conditions ne sont pas adaptées pour son programme mais vite on se sent à l’aise par son coté très neutre, ce qui est une vrai qualité pour un avion de voltige.

Multiplex extra 330 sc

Autre bon point que je découvre et qui m’intéresse particulièrement pour les élèves : la dérive a une vrai importance pour les virages. En virage l’avion a en effet du lacet inverse qui sera très instructif comme comportement.  Le pilotage avec et sans dérive est suffisamment parlant visuellement pour que l’élève puisse prendre des repères et progresser. On arrive à tourner sans dérive, ce qui est bien car abordable pour un stagiaire en début de stage de perfectionnement. Mais on voit vite que c’est inesthétique et la dérive étant très efficace, programme de voltige oblige, l’élève pourra explorer facilement son effet. Pour le coup ce comportement est une vrai bonne nouvelle. Et bien sûr suivant la vitesse le comportement de base change et le travail devra être adapté en conséquence. Tout pour plaire et progresser sur ce sujet. Cela ouvre également un autre sujet qui sera l’initiation à la programmation pour obtenir du différentiel d’aileron.

Essai en plané : aucune difficulté particulière, l’avion s’enfonce doucement quand on l’amène au décrochage. Le vol plané est propre, pas d’une grande finesse bien sûr mais sécurisant. On sent que l’avion a une charge alaire assez faible car ça plane doucement. Attention néanmoins en jouant à faible vitesse : gardez bien à plat car le décrochage latéral est lui plus violent. On a tout du comportement d’une aile sans dièdre et sans profil progressif. Ce point là d’ailleurs fera l’objet d’un cours du mod

Le centrage : le test en piqué a été une formalité. Les réglages d’origine du CG sont bon. On sent également l’avion bien vif aux commandes, comportement signe d’un avion bien centré.

Vol dos  : pas de problème de ce coté là. L’avion demande juste une légère action à pousser. L’élève pourra très vite sentir l’influence du dosage de la commande des gaz. L’avion procure vraiment de bonnes sensations sur ce point là.

Multiplex extra 330 sc

Voltige de base et plus si affinité : l’essai est fait avec la seconde configuration et la voltige de base passe sans problème. Les renversements sont superbes, les noeuds de Savoie bien ample et précis, les seules limites sont les votre … et les conditions météo. En effet pour pouvoir exploiter pleinement la machine et être serein il convient de voler avec très peu de vent pour aborder les figures 3D. Mais ça c’est un peu inhérent à tout avion. L’avantage est que du fait que l’avion reste léger on peut tenter pas mal de chose avec un risque de casse assez limité ou du moins vite réparé. Il faut rappeler que ça grimpe à la verticale seulement avec un accu 3S, preuve du super rapport poids/puissance. À la fin de cette journée d’essai ce qui est sûr c’est que l’envie se fait sentir de le mettre dans sa configuration extrême. En effet on a vite envie d’être encore plus rapide et radical dans les tonneaux à facette et les déclenchés !

Point très important : pour exploiter l’avion comme il se doit en particulier en voltige 3D la puissance de l’accu

 

Les essais de l’Extra 330 SC dans la presse

Vous pouvez retrouvez les essais de cet avion de voltige dans le numéro 782 de Modèle Magazine et dans le numéro 855 de MRA.

Conclusions

Voltige : je ne me suis pas étendu sur les capacités de voltige de l’Extra 330 SC, elles sont là mais elles ne seront là que si vous utilisez bien un accus 30C minimum en décharge tel que conseillé. Vous pouvez même aller au delà avec un 40C, l’avion n’en sera que plus péchu. Respectez bien également le bon compromis suggéré avec 2600 mhA. Plus gros = plus lourd et forcément moins agile en voltige 3D quand vous aurez besoin d’un bon rapport poids puissance. J’ai testé également l’inverse : 2200 mhA. On perd une minute de vol.

Coté accessibilité et polyvalence : même si son programme peu intimider certains sachez que la première configuration de débattements assagit bien l’engin. Vous pouvez même mettre 60% d’expo à la place des 50% préconisé pour y aller cool. Ce sera alors un bel avion aile médiane sur lequel, de par son comportement en lacet inverse typique, vous pourrez travailler à la dérive ou bien commencer à explorer la programmation avec une phase sur le différentiel d’ailerons ou encore jouer sur une autre phase de vol sur des amplitudes plus importantes pour vous tester.

Quel niveau faut il avoir ?

La faible envergure dût à la compacité de l’avion fait qu’il s’éloigne assez vite. Il faut être à l’aise sur sa capacité à voler à perte de vue. L’autre point important, cela reste un avion avec une aile médiane sans dièdre, donc ça peu engager vite dans un virage. Cela sera facilement accessible comme troisième avion ou comme second avion pour ceux qui ont usé et abusé de leur premier engin. Pour les élèves qui tiennent un carnet de vol ( je conseille ) c’est un challenge facile généralement si ils en sont à leur 100ième sortie.

mots clef : extra 330 SC, apprendre la voltige rc, voltige 3D, Gernot Bruckmann, multiplex

 

Envie de progresser pour piloter un avion radiocommandé ? Lisez le livre que je vous offre : « les 7 secrets pour débuter et bien progresser en aéromodélisme que vous pouvez télécharger ici . Je vous propose une méthode qui va plus loin que le simple maniement des manettes sur simulateur.

Miniguide pour apprendre à piloter en aéromodélisme

Check Also

Le Husky est parfait pour s'entrainer au pilotage dŽrive.

Le Husky 1800S de Graupner partie 2 : essais en vol avec le kit hydravion

Premier vol d’essais du Husky de Graupner Pour ce vol d’essais j’ai choisi d’équiper le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.