Home / A la une / Fabrice nous donne ses impressions et conseils suite à ses premiers vols en avion radiocommandé

Fabrice nous donne ses impressions et conseils suite à ses premiers vols en avion radiocommandé

Débuter en aéromodélisme et piloter un avion radiocommandé

Fabrice, un élève de la formation initiation à l’aéromodélisme nous donne ses impressions sur ses premiers vols et propose aux débutants son retour d’expérience des cours d’avion radiocommandé.

Aero-modelisme.com : Bonjour Fabrice, merci pour ce retour d’expérience coté élève qui intéressera tous ceux qui rêvent de franchir le pas et d’être autonome en aéromodélisme. Et pour commencer toutes mes félicitations ! Toujours un plaisir de voir les élèves autonomes ! Que conseillerais tu à un débutant pour les premiers vols ?

Fabrice.D : Pour préparer mes premiers vols, j’ai utilisé le simulateur en essayant de faire comme sur le terrain : repérer le soleil, le vent, les obstacles et donc la zone de vol. Vérifier son avion et définir les trajectoires à suivre et s’y tenir

Et chaque fois que je démarrais le simulateur , je refaisais encore et encore ces étapes avant vol.

Du coup, arrivé sur le terrain la première fois, je savais exactement quoi faire et cela m’a énormément aidé.

La seule mauvaise surprise du premier vol était due à la différence de prise en main de la télécommande du simulateur par rapport à celle de mon avion : la télécommande de mon avion étant bien plus « molle » que celle de son simulateur, j’étais du coup au début du vol bien trop brutal.

J’ai acheté une clé usb qui me permet de travailler sur le simulateur avec la télécommande que j’utilise sur le terrain et cela a réglé le problème.

apprendre à piloter un avion radiocommandé
Le spot du premier vol de Fabrice immortalisé avec en premier plan son Easystar 3 qui a rempli sa mission.

Aero-modelisme.com : Quelles ont été pour toi les clefs pour que ça marche ?

Fabrice.D : Ce qui m’a aidé ce sont bien sûr tes cours mais aussi des séances de simulateur quasi quotidienne, même si la séance ne durait que 10 minutes.

Chaque vol sur simulateur avait au moins un objectif : atterrissage, circuit …
Je tentais d’atteindre l’objectif avec plusieurs avions.

Mais je faisais aussi pas mal de séances découvertes et plaisir : par exemple, faire du planeur dans les montagnes italiennes, essayer de maitriser un BF109 , ou encore rejoindre une partie multijoueur et tenter de suivre leurs acrobaties improbables.
J’ai aussi regardé des nombreuses vidéos sur Youtube d’aéromodélismes.

Bref, alterner des séances de travail et plaisir.

Retour d’expérience 1ier vol :

Bonsoir Loïc

premier vol effectué avec sucés dans un champ en Bretagne

Temps froid et humide, un peu de vent , un terrain finalement un peu juste, et un pilote un peu nerveux sur les commandes.
Au bout de quelques minutes, j’ai pu me détendre et effectuer un vol rectangulaire propre.

L’avion volait effectivement tout seul : j’ai pris grand soin de faire le centrage comme tu l’as expliqué et cela a fonctionné

Demain, si le temps le permet ( peu probable), je retente du côté du Mont Saint Michel

Merci pour tes conseils et tes cours.

Fabrice.

 

Aero-modelisme.com : As tu des choses particulières que tu faisais pendant les cours de la formation ?

Je prenais des notes afin d’essayer des retenir les points essentiels.

Aero-modelisme.com : Qu’as tu aimé / pas aimé dans la formation ?

Avec un peu de recul, la formation est complète puisqu’elle m’a permis de voler et de le faire bien selon le président des club d’aéromodélisme de Moisselles (95).

J’aurais aimé quelques cours en plus sur la voltige.

 

Retour d’expérience 2ième vol :

Bonjour Loïc

 merci pour le lien (Geoportail)

 Aujourd’hui, vol dans la baie du Mont Saint Michel

 Le terrain était bien plus grand et sans obstacle ( ps d’arbres, pas de haies …). 2 problèmes : le vent bien présent et il a forci pendant le vol, ainsi que la pluie qui s’est mise à tomber pendant le vol.
J’ai fait mieux qu’hier car j’ai pris plus d’altitude et les interventions sur la télécommande étaient plus douces, mais j’avoue avoir eu la sensation a plusieurs reprises de subir .
Dans ces cas là, je n’ai pas surréagi et j’ai pu ramené l’avion à chaque fois dans la trajectoire que je m’étais fixé

Par contre, les atterrissages étaient un peu délicat et le dernier a été brutal : ailes démises et prises des servos déconnectées.
Résultat : un fil détaché de la prise d’un servo.
Et en pus télécommande un peu mouillé, comme l’avion.

Sais-tu comment remettre ce fil en place sachant que je dispose de peu d’outillage … je suis en camping car

 Merci 

Crédit photo : remerciements Fabrice et sa compagne.

Avec maintenant un peu de recul que penses tu de ton matériel ?

J’ai un multiplex easy Star III RR, donc avec la télécommande multiplex.

J’adore cet avion car il vole partout, et comme tu le disais c’est vraiment un avion que tu peux faire voler à la pause déjeuner.

J’aime énormément sa façon de voler ; il est gracieux 🙂 . J’ai pu comparer avec avec un Funcub : le vol du Funcub me plait beaucoup moins.

J’aime beaucoup le fait qu’il puisse planer : je me prends souvent au jeu d’essayer de le maintenir en vol sans moteur.

Mais lorsque l’on veut faire des acrobaties (basiques dans mon cas), le moteur est suffisamment puissant

L’autonomie est incroyable : j’ai atteint les 40 minutes.

J’aime aussi sa capacité à affronter des vents soutenus .

Du coup , pour la suite, ce sera surement un multiplex Héron.

Ce que je n’aime pas :
– lorsque les piles de la télécommande fatiguent, la télécommande prévient, mais trop tard ! J’ai eu des pertes de liaisons ( sans gravité ) avec mon avion !

– je n’aime pas la partie arrière qui supporte le profondeur :elle bouge lorsque l’on tire ou pousse sur la profondeur

– les ailes sont juste entichées dans le corps de l’avion : j’ai peur qu’un jour l’une d’elle se décroche. Je trouve ça limite .

Ces problèmes ont l’air d’être réglé sur le Héron

Pour info, je suis membre depuis peu de l’aéroclub de Moisselles dans le Val d’Oise.
J’y ai volé pour la première fois la semaine dernière et y retourne demain.

Juste par plaisir, j’ai passé la formation pour pouvoir piloter des modèles de plus de 800g

 

Retour d’expérience troisième vol :

Bonjour Loic

tous mes voeux à toi et tes élèves pour cette nouvelle année !!

Suite à tes conseils, j’ai pu réparer la prise du servomoteur et voler de nouveau

Cette séance de vol a été bien meilleure que les 2 précédentes  (vent nul)
J’ai pris bien plus d’altitude ( 10 à 15 métres) , pu faire le circuit rectangulaire, le circuit en 8, tester le décrochage, et même passer 3 loopings et 2 renversements.
Je n’ai pas oser faire du vol dos, car je ne suis pas prêt (et mes renversements sont pas terribles)

le vol de l’avion est fluide, sans doute grâce à tes conseils sur le centrage.

3 atterrissages sur 4 ont été réussis, le 4iéme a été un peu brutal mais rien de grave.

En suivant scrupuleusement tes cours et tes conseils, on acquiert des automatismes qui m’ont permis de ne pas être débordé lors des 2 premières séances de vols.
Pour la dernière séance, j’ai pu piloter posément, en reproduisant le travail sur simulateur.

Encore un grand merci
Fabrice

 

comment piloter un avion rc
Crédit photo : remerciements Fabrice et sa compagne

 

4ième & 5ième vol : retour d’expérience en baie de Somme :

J’ai pu voler ce weekend ( 2 séances de 30 minutes) : toujours en baie de Somme.

Lors de l’un des vols, je suis parti d’une dune et j’ai tenté d’atterrir sur la crête de la dune.
Sur la branche finale, alors que l’avion n’avait plus de vitesse et était quasiment posé, il a subitement tourné à 90 degrés … Remise des gazs, disparition de l’avion derrière le relief pendant un bref moment, puis soulagement lorsqu’il a apparu… 😊

Je n’ai pas compris sur le coup… Et j’ai tenté de nouveau au même endroit: même punition, l’avion a tourné brutalement a 90 degrés et s’est posé.

C’est en m’approchant de l’avion que j’ai compris : il y a avait une sorte de tranchée perpendiculaire à la crête de la dune, et de l’air s’y engouffrait .

Je me suis alors souvenu de ton cours qui prendrait une application sur téléphone qui permet de simuler les turbulences générées par le relief.

Pour le reste, toujours autant de plaisir, voir encore plus que lors des premiers vols : je travaille mes loopings et autre acrobaties, et je cherche à comprendre ce que fait le vent avec le relief

J’adore cet avion, il est toujours prêt à voler et on ne s’ennuie pas avec

Fabrice

En tout cas, merci beaucoup Loïc pour tes cours que m’ont permis de réaliser ce vieux rêves.

A bientôt
Fabrice

mot clef article : cours avion radiocommandé, pilote débutant avion r/c.

 

Check Also

Multiplex Easystar 3, des ailerons sinon rien !

Multiplex Easystar 3, des ailerons sinon rien !Sommaire1 Multiplex Easystar 3, des ailerons sinon rien …

4 comments

  1. Merci pour ces commentaires et experiences.
    Je viens d’assembler un EasyStarII multiplex DMTBK et je vais tenter de le remettre au vol que je pratique plus depuis 20 ans.
    Je pense suivre les conseils donnés pour le simulateurs et la clée USB pour interfacer ma telecommande.
    Est ce que tout cela se trouve sur votre site?
    Merci pour ce retour d’expériences.

  2. Objet : débriefing (2021/04/23) des vols en trainers électriques de 1,6 m d’envergure et d’un Husky de 1,2 m par vent de force 2 à 3 Beaufort sur terrain dégagé :

    Bonjour,

    Par souci d’écolage et de sécurité, notamment pour le premier essai en vol du Husky, la double commande a été réalisé.

    Pour ce qui est du trainer à aile haute de type équivalent à un Calmato de même envergure, les circuits prévus en rectangle, en huit, en ligne droite et en virage complet ont été aisément réalisées en conservant badin et altitude, en tenant compte de la force du vent et de l’exposition du soleil.

    Pour ce qui est du Husky de 1,2m dont je pouvais craindre une difficulté au roulage, le vent de face facilitant le décollage, il a pris l’air sans difficulté. En altitude, à environ 100m (env. 300 ft), il était nettement plus sensible aux à-coups de vent. Les mêmes circuits ont été réalisés sans autres difficultés.

    Les atterrissages ont été réalisés par l’instructeur.

    L’apprentissage au simulateur favorise l’adaptation légère aux commandes ; de fait les deux vols ont été effectués sans surprise malgré deux inversions aux ailerons. Le vent, s’il présente un handicap lors de certaines phases de vol, devient un atout notamment lors de l’approche et des passages.

    Bon week-end et bon vol !

  3. Bonjour tout le monde de l’aéromodélisme !
    Merci à Fabrice pour ce témoignage très intéressent qui me concerne particulièrement parce que je fais parti des débutants.
    Bon weekend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.