Home / A la une / Radiolink F110S, un mini drone racer pour débutants

Radiolink F110S, un mini drone racer pour débutants

F110S le mini drone racer de Radiolink

Il y a énormément de mini drone racer sur le marché. La tendance est aux drones compacts tout plastique. Le F110S est atypique, tire ses gènes de ses grands frères tout en ayant des modes de stabilités : c’est cette recette qui m’intéresse et que nous allons développer ensemble.

Le concept du Radiolink F110S, du drone débutant au mini drone racer

Radiolink est à la base un constructeur de radiocommande. Un élève de la formation d’aéromodélisme m’avait demandé des informations pour l’aider sur sa Radiolink AT10. C’est comme ceci que j’ai commencé à découvrir cette marque. L’équipe Radiolink réagit assez vite au marché et fait progresser d’années en années le matériel. Leur démarche n’est pas celle d’un fabricant de jouets ni d’une marque avec un protocole fermé. On est dans une démarche d’aéromodélisme et de pédagogie.

Vue éclatée du F110S de Radiolink.

Même si ce drone arrive tout monté (ARF), on a une base miniature d’une architecture claire d’un drone : un récepteur réutilisable et indépendant, un contrôleur de vol, quatre moteurs et une frame (châssis) en carbone qui peut être retravaillé. De plus, il y a la possibilité de monter une caméra FPV pour ceux qui le désirent.

Caractéristiques du F110S

  • Type : Altitude Hold Micro Racing Drone
  • Poids : 170 gr avec la batterie, 65 gr sans la batterie
  • Taille du châssis : 110mm x 44mm (sans les hélices)
  • Matériaux du châssis : carbone 1,5mm et aluminium
  • Moteurs : 8520 à courant continu sans noyau (coreless, brushed)
  • FPV : en option
  • Diamètre hélices : 65mm
  • Temps de vol : 6 à 8 minutes (réel constaté)
  • Batterie : LiPo 1S 3.7 V 660mA
  • Chargeur livré avec : chargeur USB (1A/2A)
  • Prix : env 50€

Notices du drone F110S & de la radiocommande T8S

 

Une frame carbone hyper légère

La frame est entièrement en carbone en 1,5mm d’épaisseur. Quatre petits plots en aluminium anodisés rouge permettent de protéger l’électronique et de visser la partie supérieure du frame. Cette frame carbone permet d’afficher un poids de 64 grammes et d’avoir un drone léger et performant. Lors de la prise en main, son aspect léger et fragile peu faire un peu peur. Mais qui dit légèreté dit également faible inertie à l’impact. J’ai testé en extérieur le drone en plein milieu d’arbre et lors de cet essai j’ai du le faire tomber déjà une dizaine de fois. Seul les hélices se déchaussent mais le drone n’a rien. De plus, et c’est tout l’intérêt du carbone : on peut refaire un mini collage à l’époxy si nécessaire, se refaire une frame dans une plaque de carbone de 1,5mm voir 2mm ou imaginer refaire une frame en balsa / fibres de verre pourquoi pas ! Comme vous le voyez on n’est pas sur un produit « fermé ».

L’électronique du Radiolink F110S

Le récepteur : Radiolink R8FM

Le Radiolink R8FM est un récepteur 8 voies de 2,5 grammes qui fonctionne en S-BUS et PPM. Cela signifie que les 8 voies communiques dans une seule prise. Comme vous pouvez le voir sur le récepteur sur la photo ci-dessous, il n’y a qu’une sortie à la différence de récepteurs classiques où il y a une prise de sortie par voie (on parle de PWM dans ce cas).

Caractéristiques techniques du récepteur R8FM de Radiolink

  • Nombre de voies : 8 canaux FHSS
  • Taille : 16 mm x 21,5mm x 1 mm
  • Poids: 2.5g
  • Tension : 4.8-6V
  • Puissance : 30mA (tension d’entrée: 5V)
  • Émetteurs et matériel Radiolink supportés : T8FB, T8S, RC6GS, RC4GS, QAV210, A560, F110S
  • Protocole : PPM et SBUS
Récepteur radiolink R8FM. La flèche rouge indique le bouton de bindage.

Deux signaux de couleur pour indiquer dans quel protocole on est :

Led bleu/violette : S-BUS 8 voiesBlue/purple
Led rouge : PPM 8 voies.

D’origine le récepteur est configuré en S-BUS et il n’y a rien à changer. Néanmoins pour une utilisation ultérieur voici la démarche pour passer du S-BUS au PPM : appuyez rapidement deux fois sur le commutateur ID SET en 1 seconde. Le signal passe de S-BUS à PPM. La LED rouge indique le PPM et le bleu / violet indique le S-BUS.

Comment binder/apairer l’émetteur au récepteur ?

Encore une fois tout ceci est normalement préparé en usine. Mais comme toute radiocommande, vous pouvez si nécessaire apairer votre récepteur à votre radio Radiolink.

1. Placez l’émetteur et le récepteur à moins d’un mètre l’un de l’autre.
2. Allumez l’émetteur, puis allumez le récepteur R8FM.
3. Il y a un bouton noir sur le R8FM, juste , appuyez sur le bouton de reliure pendant une seconde jusqu’à ce que le voyant du récepteur commence à clignoter et relâchez-le. Après environ 8 clignotements, correspond au code de réussite lorsque le voyant du signal du récepteur est toujours allumé.

Les moteurs

Les moteurs sont des moteur type 8520 à courant continu sans noyau. Ce ne sont donc ni moteurs charbons (moteurs à balaie classique) même si cela y ressemble en terme de forme, ni des moteurs brushless. Les moteurs sans noyaux sont bien plus efficace que les moteurs à charbons classique. Ils permettent des vitesses plus élevé et sont particulièrement efficace en petite taille. Voilà donc la raison du pourquoi du comment . On fera bien attention à ce qu’ils soient verticales quitte à les réaligner si besoin. Donc même si les moteurs paraissent simple de l’extérieur, ce sont un mini-concentré de technologie.

Les hélices

De diamètre 55mm, les hélices sont juste rentrée en force. Si au bout d’un moment elles prennent un peu de jeu, vous pouvez mettre un peu de verni à ongle dessus pour les faire tenir. Je déconseille sur les mini-drones de fixer les hélices avec de la colle. En effet pour changer les hélices vous risquez de tirer trop sur le moteur et d’abimer celui-ci. Encore une fois on est dans le domaine miniature et les choses sont épurées, simplifiés. Donc rien d’anormal à ce que ce soit simplement rentré en force ici. Pensez bien que sur un drone il y a des hélices qui tournent dans le sens des aiguilles d’une montre (CW) et dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (CCW). Bien repérer tout ceci avant de démonter.

À savoir qu’il y a un jeu d’hélice de rechange livré avec le drone.

La notice

Si jamais votre notice en papier livrée est en … chinois  eheh, pas d’inquiétude, vous pouvez télécharger la notice en anglais … et il y a 2 emails d’après vente qui savent parler Français (!) : after_service@radiolink.com.cn / after_service1@radiolink.com.cn . Les frenchy va falloir se remettre en question ! C’est bien la notice en chinois on va s’entrainer ! 
Pour revenir à la notice, je crois que Radiolink propose maintenant lors de la commande de choisir la notice anglaise. Je trouve juste dommage qu’ils ne mettent pas une notice en Anglais directement dans les produits exportés à l’international. En même temps déjà attaquer l’ensemble du marché chinois ça fait 1,394 milliard d’habitants à comparer au 741 millions d’habitant si on prend l’ensemble de l’Europe … Je serais curieux de savoir la proportion que l’international représente.

Notice drone Radiolink F110S (anglais) 

Notice radiocommande Radiolink T8S (anglais) 

La batterie et le petit chargeur livré avec

Radiolink fourni avec le drone une batterie et un chargeur USB. La batterie dure pas mal de temps, environs 6 à 8 minutes constaté comme la notice le signal. J’étais agréablement surpris. On a le temps de se défouler. La batterie est une LiPo 1S (3,7 volts) de 660 mAh. Il y a stipulé 2,4 Wh … est ce que c’est donc une 4S en courant de décharge ? En tout cas le drone a plutôt la pêche. Le chargeur quand à lui est extrêmement simple et fait son boulot. Il y a sur le coté un petit bouton pour deux positions pour effectuer la charge en 1A ou en 2A.

 

La radiocommande du test : la Radiolink T8S

Cette petite radiocommande 8 voies est assez impressionnante dans ces fonctionnalités. C’est effectivement peu commun d’avoir huit voies sur une radio de la taille d’une manette de jeu. On a les quatre voies classiques sur les manches qui sont trimmables par des petits boutons bien placés sous les doigts. Au dos, on a dans l’ordre : à droite la voie 5 qui est inter trois positions (!), la voie 6 un inter on/off, à gauche la voie 7 un inter trois positions et la voie 8 une roulette. La prise en main est vraiment agréable et les manches de qualité. Le design noir et rouge et la prise en main type manette de jeu est vraiment réussi.

La manette se branche sur un téléphone ou une tablette type Android. L’on peut accéder à l’ensemble de la programmation des 8 voies. C’est par ce biais que l’on peut sauvegarder son modèle. C’est assez rapide, il suffit d’avoir son téléphone en poche. Culturellement en drone c’est déjà le cas avec DJI qui oblige à avoir son téléphone sous la main. Je trouve personnellement l’approche intéressante de pouvoir faire des mixages malgré le coté léger et petit de cette radio. Les 8 voies sont aussi accessibles qu’une manette Nintendo .

Utilisation sur simulateur : j’ai testé sur un Mac ou sur un PC en branchant directement le câble USB : la manette n’est pas reconnu par le simulateur. La seule méthode est d’avoir un dongle USB est des prises type prises de servos qui sortent du dongle et viennent se brancher sur un récepteur Radiolink. C’est vraiment dommage qu’en branchant le câble USB cela ne marche pas directement. C’est un besoin de beaucoup de débutant et Radiolink comme beaucoup d’autres marques passent à coté d’une opportunité commerciale à chaque fois.

La radio fonctionne en FHSS avec le module émetteur 2,4 gHz CC2500 de Texas Instrument et annonce une précision de 0,5us pour les dronistes pointilleux. Je n’ai pas testé sur un planeur ou un avion à longue distance ce matériel. Réserve gardée donc. Personnellement je prends des radiocommandes avec double réceptions dès que j’ai des avions ou des planeurs qui dépassent les 800 gr. Mais cette radio fera très bien l’affaire pour un petit modèle indoor et il me tarde de la tester en balade en montagne. Je verrais bien cela sur une petite aile volante type Chocolat’in !

Cette radio est compatible avec les modèles de récepteurs suivant : R8EF, R8FM, R7FG, R8F, R6FG, R6F et les modèles Radiolink suivant : l’avion 3D Radiolink A560, le drone F110S de cet article, le drone racer WOLF QAV210 ou sa version advance.

 

Le F110S en vol

La stabilisation : 3 modes pour apprendre à piloter progressivement

Le F110S a trois modes de vol par défaut : le mode « Alt-Hold low speed », le mode « Alt-Hold high speed »
et le « Stabilize Mode ». Le commutateur 3 positions de la voie 5 (CH5) sur la radiocommande T8S permet de basculer d’un mode à l’autre.

Le mode « Alt-Hold low speed » : commutateur vers le bas, ce mode maintien l’altitude et fait voler le drone en basse vitesse. Les coups de manettes sont adoucis. C’est le mode recommander pour démarrer. L’altitude est maintenue, en particulier à l’intérieur. À l’extérieur cela marche également mais des variations de pressions peuvent perturber la sonde. C’est un petit drone racer et non une machine grand public à 500€ ou 1000€. Ici pas de capteur infrarouge couplé à une sonde pour stabiliser de manière imperturbable. Et ce n’est pas l’intérêt non plus : ici on parle de pilotage d’une machine  épurée pour justement apprendre à piloter un quadroptère. On retrouve d’ailleurs les difficultés de piloter un hélicoptère radiocommandé en faisant cette démarche. Ce mode est particulièrement adapté pour son utilisation comme drone débutant.

Le mode « Alt-Hold high speed » : commutateur au milieu de notre bouton attitré à la 5ième voie (5CH), nous voilà dans un mode intermédiaire. Vous l’aurez compris : c’est la même chose que le mode précédent mais le drone est bien plus vif.

Le « Stabilize Mode » : c’est le mode qui vous permet le plus de vitesse. L’altitude n’est plus bloquée. À vous de maintenir la bonne altitude avec les gaz. Quand on bascule le drone vers l’avant il faut alors compenser en gaz comme sur un vrai hélicoptère ou un drone racer.

Comprendre les modes maintien d’altitude et la subtilité sur la manette des gaz

Les modes maintient d’altitudes … maintienne l’altitude. Jusque là vous vous dites pourquoi il nous ouvre un chapitre ! On a compris ! Bien entendu, cela maintient l’altitude mais la différence serait très net si jamais votre radiocommande avait le retour au centre de la manette des gaz. Si l’on laisse la manette au centre dans ce mode on maintient l’altitude. Dans le dernier mode (Stabilize Mode), la manette au centre représente les gaz à mi-gaz. Vous voyez la subtilité ? Elle n’est pas visible du premier coup quand on a les gaz sans ressort (et je vous conseille de garder la manette des gaz sans ressorts). Dans les deux premiers mode on a une action à monter ou descendre : à changer d’altitude. Dans le dernier mode on modifie les gaz.

La fin de la batterie

Il y a une alarme lumineuse basse tension. On ne la voit pour ainsi dire pas ou très peu. Lorsque la Led verte du F110S commence à clignoter en vol, la tension du F110S est inférieure à 3,7V. Cette valeur est la valeur par défaut. Il est conseillé d’arrêter de voler pour éviter le déchargement excessif de la batterie et surtout de vous écraser comme une vieille patate .

La version FPV du Radiolink F110S

Ce mini drone peut être équipé d’une petite caméra FPV ou acheté directement avec cette caméra. Néanmoins je conseille si l’on est débutant de la démonter pour les tous premiers vols, en particulier si vous attendez un peu pour vous acheter votre casque d’immersions.

Où trouver ce drone et sa radiocommande ?

Le drone est disponible directement sur la boutique officielle Aliexpress de Radiolink. C’est arrivé en une vingtaine de jours.

Conclusion

Avec sa frame carbone, ce petit drone m’a bien plus. Les aéromodélistes peuvent être un peu déroutés pour le coté miniature de l’engin. Il faut être délicat et minutieux. Mais ça c’est le commun quand vous faites du micro drone. Et passé cette première appréhension on voit toute l’intelligence de la machine qui est un vrai produit aéromodélisme et non un jouet.

Mots clef : drone, drone débutant, mini drone, fpv, Radiolink

 

Envie de décoller et de vous perfectionnez vous aussi ? . Lisez le livre que je vous offre : « les 7 secrets pour débuter et bien progresser en aéromodélisme que vous pouvez télécharger ici .

Miniguide pour apprendre à piloter en aéromodélisme

 

Check Also

Visite virtuelle : Espace Aéromodélisme Argelès-sur-Mer

L’espace aéromodélisme d’Argelès-sur-Mer La visite d’un club ou d’un magasin d’aéromodélisme c’est toujours l’occasion de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez chaque mois les news de l'aéromodélisme ! CLIQUEZ ICI !
Hello. Add your message here.